PARTAGER

Elle enfle l’affaire des déchets arrivés au Maroc en provenance d’Italie pour y être incinérés dans une cimenterie en échange de dédommagements perçus par l’état marocaine.

Suite à une mobilisation sans précédent et toujours en cours dans les réseaux  sociaux pour demander l’annulation de cette transaction qui menace la santé des marocains, ces déchets étant dangereux, le gouvernement n’a pas jugé bon pour venir répondre aux députés sur une question devenus brûlante. Pire encore, le ministère de l’environnement, premier concerné, a jugé bon de publier un communiqué dans lequel il affirme que toutes les analyses prouvant la non-dangerosité des déchets avaient été effectuées en Italie, avant leur embarquement pour le Maroc.

Et puis patatras dans une cacophonie qui ne dit pas son nom et qui cache un grave mensonge d’état, c’est au tour de la ministre déléguée à l’environnement, Hakima El Haite, de tenter de la pire des manières, d’éteindre l’incendie qui risque de l’emporter, en déclarant que les déchets n’avaient pas été encore déchargés et que des analyses seront nécessaires avant qu’ils ne le soient, démentant ainsi le communiqué officiel de son propre département.

Il ne serait pas étonnant alors de voir la majorité gouvernementale voler en éclats par la faute d’une ministre qui a accumulé les bourdes et qui se cache derrière la justification prétentieuse d’avoir été à l’origine de la « COP22″ au Maroc, pour rester en poste contre vents et marées. Dans un autre pays, elle aurait déjà quitté son poste pour un tel scandale.

Par Jalil Nouri

 

Commentaires