PARTAGER
Espace presse
Les journaux appartenant aux partis politiques pour lesquels ils perçoivent une subvention étatique et relevant de la presse dite partisane, ont bien ait leur temps.
Les lecteurs marocains se souviennent des heures de gloire de supports tels que l’Ittihad El Ichtiraki et Libération de l’USFP, des titres l’Opinion et El Alam de la formation de l’Istiqlal, d’Al bayane et bayane el Yaoum de celle du PPS ou plus récemment d’Attajdid, la voix éteinte du parti islamiste du PJD. Ce dernier titre a disparu dans sa version papier pour céder la place à une version électronique plus en phase avec les attentes des jeunes militants à la recherche d’une autre information.Les autres supports de cette presse partisane ne sont pas loin de prendre des décisions similaires et opter pour des versions digitales qui leur permettraient des économies substantielles qui pourraient profiter aux recrutements et l’amélioration de la qualité des contenus proposés au quotidien. la presse partisane qui devrait être la première à franchir le pas est celle de l’Istiqlal, dont les titres Al Alam et l’Opinion sont sur la voie de la disparition en format papier.
Ave un lectorat en nette baisse, les états-majors des partis politiques poussent la réflexion pour savoir si la presse partisane a encore un avenir devant elle et si elle n’est pas appelée à se réduire en peau de chagrin pour se suffire de simples lettres d’informations, des « newsletters » allant à l’essentiel du message politique et concises.
Cette réflexion menée butte toutefois sur la question de la subvention de l’état, car il n’est pas certain que ce dernier continuera à verser les mêmes montants dans le cas de la disparition des imprimeries des journaux, comme il le fait aujourd’hui, proportionnellement à la représentativité de chaque formation.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires