Maison A la une La participation de danseuses à l’investiture de Trump fait polémique

La participation de danseuses à l’investiture de Trump fait polémique

986
0
PARTAGER
content_image

Des danseuses à l’investiture de Trump crée la polémique

L’annonce de la participation de la troupe new-yorkaise de danseuses des Rockettes à la cérémonie d’investiture de Donald Trump a suscité une polémique, l’une des membres faisant part de ses réticences avant un rappel à l’ordre du syndicat représentatif. L’équipe de transition du président élu rencontre des difficultés pour trouver des chanteurs et des artistes acceptant de se produire à la cérémonie, le monde du spectacle s’étant, dans sa grande majorité, montré hostile à l’homme d’affaires.

Selon plusieurs médias américains, le chanteur italien Andrea Bocelli, la Québécoise Céline Dion et le groupe américain de rock Kiss ont tous décliné l’invitation, tandis que le Britannique Elton John a démenti les affirmations d’un membre de l’équipe de transition du président élu annonçant sa présence. L’équipe de transition et le groupe Madison Square Garden (MSG) ont annoncé que la troupe des Radio City Rockettes, dont il possède les droits, se produirait lors de la cérémonie d’investiture le 20 janvier à Washington.

Chaque année en novembre et en décembre, cette troupe se produit plusieurs fois par jour au Radio City Music Hall à New York pour une danse synchronisée, avec des lancers de jambes à la manière du French cancan. « Nous sommes honorés que les Rockettes aient été sollicitées de nouveau pour se produire lors des festivités de l’investiture », a indiqué MSG. L’annonce a suscité de nombreuses réactions, notamment de l’une des Rockettes, Phoebe Pearl, qui a posté un message sur son compte Instagram –effacé depuis– se disant « gênée et déçue ».

« La décision de danser pour un homme qui représente tout ce à quoi nous sommes opposées est épouvantable », a-t-elle écrit, selon le site Hollywood Reporter. D’après le site BroadwayWorld, le syndicat dont dépendent les Rockettes, l’American Guild of Variety Artists (Agva) a adressé dans la foulée un message électronique aux danseuses pour les rappeler à l’ordre. « J’ai bien peur que le débat sur un boycottage ne soit pas possible », a écrit l’un des responsables de l’organisation.

L’Agva n’a pas donné suite. MSG a alors publié un second communiqué, assurant que la participation d’une danseuse à un événement se faisait sur la base du volontariat. « On ne leur dit jamais qu’elles doivent participer à un événement, y compris à l’investiture », a affirmé le groupe, précisant que le nombre de demandes de danseuses souhaitant participer à la représentation du 20 janvier excédait déjà le nécessaire.

Commentaires