LA PILULE « BENKIRANE » A DU MAL A PASSER.

LA PILULE « BENKIRANE » A DU MAL A PASSER.

917
0
PARTAGER

Les échecs répétés du chef des islamistes du PJD et premier ministre
Abdelilah Benkirane sur le plan de la gestion des affaires des
marocains et sa capacité à mettre fin aux scandales autour de lui, ont
fini par laisser des traces avant les élections communales et
régionales du 4 septembre prochain, que sa formation aborde sans
l’assurance du passé.

Pour sa première apparition sur une tribune après le déclenchement de
la campagne électorale, ses sympathisants et les observateurs qui le
suivent depuis son arrivée au poste de premier ministre ont remarqué
que l’homme est en manque d’inspiration, de punch et d’aura qui lui
permettaient par le passé de galvaniser les foules et faire boire son
discours.

La magie n’opère plus car l’homme sait qu’il s’est éloigné du peuple
en lui faisant supporter des mesures impopulaires qui ont amputé son
pouvoir d’achat et que ces élections, les premières depuis l’adoption
de la nouvelle constitution et sa nomination, ont valeur de test
important non seulement pour la suite d’une année de son mandat mais
également pour l’avenir de son parti à l’aube des élections
législatives de 2016 qui permettront de savoir si les marocains
souhaitent qu’il continue à diriger leur gouvernement, ce qui est peu
vraisemblable, au vu de sa chute de popularité et ses incohérences.

Commentaires