La place d’un violeur est en prison, pas dans un lit conjugal

La place d’un violeur est en prison, pas dans un lit conjugal

180
0
PARTAGER

Peu importe que ces responsables soient plus sensibles aux écrits de la presse étarngère qu’aux comentaires des journalistes marocains, peu importe en effet… car ce qui doit être relevé, aujourd’hui, c’est que l’histoire d’Amina nous ramène à des temps reculés dont certaines manifestations sont toujours en vigueur ; cette enfant innocente, victime d’un viol, a subi ce qu’ont subi avant elle les filles de la période anté-islamique qui étaient enterrées vivantes à leur naissance, des sortes de « sacrifiées » à l’opprobre publique… Et, aujourd’hui, les jeunes mineures sont toujours exposées au même comportement, car elles sont enterrées moralement chaque jour, chaque jour…

Cet évènement doit tirer la sonnette d’alarme en ce qui concerne le mariage des jeunes filles mineures, mais aussi et surtout concernant le viol, d’une manière plus globale. Aucun Marocain ne peut sérieusement condamner le mariage des mineures s’il ne condamne pas, dans le même temps et avec la dernière énergie, l’exploitation sexuelle sous toutes ses formes et sous toutes ses appellations.

Et la jurisprudence du Code de la Famille qui ouvre la voie au mariage des mineures doit dorénavant être révisée dans la cadre d’un débat national, en vue de sa suppression pure et simple, car faire épouser sa victime à un violeur est une forme de tolérance absolument et totalement rejetée par la société, et la loi ne peut autoriser quelque chose qui est refusée par la morale publique et par  la religion.

La place d’un violeur est en prison, pas dans un lit conjugal.

 

Source: panoramaroc.ma___________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires