PARTAGER

C’est un véritable appel de détresse que lancent des responsables d’agences de voyages marocaines après le dernier drame durant le pèlerinage à la Mecque. Alors que les autorités font état d’un bilan quasi définitif de 3 morts et 7 blessés et alors que le pèlerinage a pris fin dans une confusion totale, ces voyagistes inondent les médias nationaux d’appels pour les aider à sensibiliser l’opinion publique et les responsables marocains sur la disparition de dizaines de pèlerins qui ne figurent pas ni sur la liste des victimes de la bousculade dont le nombre dépasse les 700 morts ni des blessés qui atteignent le millier et qui ne répondent pas à l’appel dans les hôtels où ils sont toujours absents depuis le jour du drame.

Ayant vainement essayé d’obtenir de l’aide de la part de la délégation officielle aux lieux saints, visiblement dépassée par l’ampleur de la catastrophe, les plaignants ne savent plus à quel portes frapper celles de l’ambassade leur étant aussi fermée, sans parler des autorités saoudiennes qui semblent plus préoccupées, accusent-ils, par le sort de leurs citoyens.

Plus grave encore, les voyagistes qui ne savent pas quoi répondre aux inquiétudes des pèlerins « disparus » n’hésitent pas à accuser le chef de la délégation officielle, le ministre des finances Boussaid, d’avoir manqué à ses responsabilités en leur répondant que le sort de leurs clients ne relevait pas de ses compétences et que c’était à eux de trouver les réponses.

Restés à la Mecque en attendant de régler ce problème inextricable, içls en appellent directement au roi pour les aider à donner des nouvelles aux proches de ces pèlerins dont ils ont perdu toute trace et dont les familles pleurent l’absence.

Par Jalil Nouri

Commentaires