PARTAGER
La direction générale de la sûreté nationale n’a pas mis du temps à réagir à la campagne actuelle sur les réseaux sociaux pour demander un renforcement de la lutte contre les agressions des citoyens et qui a connu une très forte mobilisation.
Une nouvelle épisode commence. Ainsi, l’on a appris que suite à une récente circulaire, les policiers sont désormais autorisés à faire usage de leurs armes à feu et sans sommation, en cas d’agression et de résistance de son auteur alors que par le passé, les policiers ne sortaient leur arme que dans les cas extrêmes, si la vie des citoyens était mise en danger ou la leur par exemple. Il sera donc plus facile d’utiliser l’arme de service, vu la simplification de la procédure et la banalisation qui en découlera à l’avenir.
Les citoyens devront s’y faire et entendront plus fréquemment les détonations sur la voie publique en raison de l’augmentation du phénomène du ‘ tcharmil » » contre lequel la campagne dédiée sous le titre « Zéro Grissage » vient d’enregistrer au moins ce premier résultat.
Reste à savoir si l’utilisation des armes sera suffisante à faire renoncer à leurs actes, des agresseurs généralement sous l’effet des psychotropes qui leur donnent l’impression d’être  invincibles.
Par Jalil Nouri

Commentaires