PARTAGER
Le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, un grand habitué des petites manœuvres politiciennes, n’aura pas marqué les citoyens qui ont assisté à sa prestation ratée sur Médi 1 tv dans l’émission  » 90 minutes pour convaincre  » dont il était l’invité.
L’homme au verbe facile mais aux idées peu convaincantes s’est littéralement mis hors sujet et hors de lui quand a été abordé le délicat sujet du tourisme sexuel, une étiquette qui colle désormais à l’image du Maroc et terni sa réputation.
Le ministre n’a pas hésité à botter en touche pour affirmer que ce type de tourisme n’existait pas avant d’essayer de se rattraper et rectifier le tir en affirmant que c’étaient aux autorités et à la justice de sévir contre les propriétaires des riads et autres loueurs d’appartements meublés qui encouragent la prostitution sous toutes ses formes.
Une réponse qui ne lui vaudra pas de rester dans l’histoire des politiques publiques visant à protéger le pays des procès qui lui sont intentés au niveau de son image et de protéger les mineurs contre les abus sexuels pour que le tourisme puisse continuer à rapporter des devises et encourager les investissements. Avec de tels propos, le ministre « haraki » du tourisme s’est dérobé à ses responsabilités et failli à sa mission politique dont le premier acte est de reconnaitre avec courage ce qui ne va pas en y remédiant.

Commentaires