PARTAGER

Les terroristes présents sur le territoire britannique n’en ont pas fini dans leur préparation d’attentats pour frapper ce pays dans ses symboles.

Un dernier projet qui se voulait spectaculaire et inédit vient d’être déjoué devant le propre domicile et siège de la primature de Thérésa May, la leader du parti conservateur qui dirige le gouvernement. Des explosifs de très fortes charges susceptibles de faire voler en éclats tout le 10 Downing Street, adresse du célèbre site ainsi que son voisinage. C’est le dispositif préventif mis en place par la police britannique chargée de l’anti-terrorisme qui a permis d’éviter un bain de sang jamais vécu par un gouvernement britannique ni aucun autre au monde. Si les autorités de Londres préfèrent cacher encore les détails de cette opération découverte à temps en raison de la poursuite de l’enquête, elles affirment, toutefois, avoir été sur les traces de ce projet pendant plusieurs semaines et que d’autres plans avaient été prévus et devaient viser cette résidence à un moment bien choisi. Il est donc aisé d’imaginer que les auteurs de cet attentat sans précédent voulaient frapper pendant un conseil des ministres pour faire le plus de morts. Les britanniques, qui ont appris la nouvelle ce matin, ont été choqués d’apprendre qu’une telle opération devait se produire sur leur sol et se demander d’où pouvait venir une telle haine et pourquoi.

Commentaires