PARTAGER

La presse algérienne a réclamé, samedi, la démission du président de la Fédération de Football, Mohamed Raouraoua, désigné comme premier responsable de la déroute des Fennecs en Coupe d’Afrique des Nations.

Arrivés en fanfare au Gabon avec le statut de favoris, les Algériens ont complètement raté le coche, concédant d’entrée un nul peu glorieux (2-2) face aux novices du Zimbabwe, avant de subir une défaite (1-2) devant la Tunisie, qui aurait pu gagner sur un score plus lourd.

Il faudra carrément un miracle aux Verts pour décrocher le deuxième ticket du Groupe B face au Sénégal, déjà qualifié avec deux victoires en autant de parties et une grande maîtrise.

« Dégage », titre en manchette le journal arabophone « Al Mihwar Youmi » qui déplore la situation « catastrophique » dans laquelle se trouve le football algérien sous l’ère Raouraoua, à la tête de la FAF depuis 2009.

+El Bilad+ considère que la déroute des Verts démontre « l’échec » de la politique suivie par la FAF, relevant que « l’heure du changement est venue ».

« Le Jeune Indépendant » compare Raouraoua à « un baron » du football national, faisant constater qu’aujourd’hui, « les carottes sont bien cuites » pour les Verts.

La chaine de télévision privée « Echourouq » demande  »une démission urgente du dictateur, qui a montré ses limites dans les choix des hommes et s’est trompé lourdement dans ses castings ».

Quant au journal  »Liberté », il reconnait que Raouraoua a une grande responsabilité dans cette mascarade, dans la mesure où il assume pleinement les erreurs de casting commises, alors qu’il a promis le titre africain, partant du principe que « cette génération dorée doit gagner une coupe continentale ».

Enfin, « El Watan », journal à gros tirage, demande à « jeter dehors » tous ceux qui ont contribué par leur silence complice à précipiter le football algérien dans le trou.

Le football algérien « a besoin plus que jamais d’hommes intègres, engagés, désintéressés pour conduire les réformes », assène la publication.

Commentaires