LA PRESSE ÉCRITE ACCUMULE DES PERTES SÈCHES

LA PRESSE ÉCRITE ACCUMULE DES PERTES SÈCHES

384
0
PARTAGER

 

Tous les journaux , y compris ceux qui se prévalaient de taux de vente impressionnants comme « Al Massae » sont passés d’une moyenne quotidienne de 130 à 150 000 numéros vendus par jour à moins de 70 000 aujourd’hui et ce n’est pas uniquement à cause du départ du fondateur du journal, Rachid Niny, qui s’est lancé dans une nouvelle aventure éditoriale en faisant paraitre un nouveau quotidien « Al Khabar  » avec lequel il parvient difficilement à vendre plus de 30 000 exemplaires.

Il faut dire que ce marché de la presse quotidienne arabophone est saturé par l’explosion de nouveaux titres qui, menacés de disparaitre du jour au lendemain faute de bon modèle économique, brouillent encore plus les cartes d’un marché agonisant depuis l’apparition des sites électroniques d’information. L’exemple éloquent du portail « Hespress » illustre à lui seul cette nouvelle donne avec pas moins de 1 200 000 visiteurs par jour qui confirment les nouvelles habitudes des marocains vis à vis de leurs sources d’information. La presse arabophone, aussi bien quotidienne qu’hebdomadaire suffoque et s’étrangle du succès phénoménal d’un tel site, qui a chamboulé la donne en l’espace de quelques années.

Pour sa part, la presse francophone, dans ses différentes composantes, n’est pas au mieux de sa forme avec un effritement progressif de son lectorat, également depuis l’avènement des sites d’information internationaux. Le Matin, qui caracole en tête des ventes depuis toujours atteint difficilement les 30 000 exemplaires vendus chaque jour alors que pour les hebdomadaires, Tel Quel mène la danse avec une moyenne hebdomadaire tournant autour des 16 000. Du reste, le titre qui a connu un changement de son tour de table récemment, s’est doté d’un portail pour se prémunir d’une éventuelle chute de son lectorat.

La sonnette d’alarme est désormais tirée et rares sont ceux qui seront épargnés par cette crise annoncée de la presse traditionnelle d’autant plus que le marché publicitaire s’est tari aggravant encore plus ce tableau noir.

 

 

Jali Nouri pour actu-maroc.com ____________________

Commentaires