PARTAGER
La presse nationale, tous supports confondus, est actuellement très fragilisée après avoir publié deux informations en quelques jours qui se sont avérées fausses pour l’instant, portant ainsi un coup sévère à sa crédibilité remise en doute. cette double erreur est rare et mérite d’être signalée pour montrer à quel point cette presse travaille dans des conditions difficiles avec pour principal obstacle, l’accès à l’information pour la livrer aux lecteurs. Retour sur ces deux ratages.
Le premier concerne ce qui était supposé être une information de taille à savoir le retour du Maroc au sein de l’Unité Africaine et la présence du roi au sommet de cet ensemble au Rwanda pour consacrer ce retour inattendu. Il s’avère de plus en plus que le roi n’ira pas au Rwanda cette fin de semaine et que le Maroc ne retrouvera pas son siège de sitôt dans l’UA.
Le deuxième faux scoop, parti de la presse locale et qui a trompé tous les médias du Proche et Moyen Orient ainsi que des pays du Golfe, concerne le supposé mariage du fils du roi Salmane d’Arabie Saoudite à Tanger dans les prochains jours, d’autant plus qu’aucun support à l’origine de cette fausse information, n’avait pris de livrer le nom du prince en question ni l’origine de sa future épouse. Aussi et pour l’information de tous, dans les coutumes, jamais un roi ne marie son fils dans un pays étranger.
Deux vraies cas de figure à enseigner dans les écoles de journalisme pour éviter que les futurs professionnels ne tombent pas dans de telles situations et ne commettent pas des erreurs aussi grossières.

Commentaires