PARTAGER

Tirant à boulets rouges sur la femme d’affaires Hind El Achchabi dès le début de ses démêlés judiciaires rocambolesques, soit par ignorance de la réalité des faits, soit par parti pris monnayé par certains titres au prix fort auprès du plaignant, son ancien mari koweïtien qui la poursuit devant la justice marocaine pour un adultère fictif inventé de toutes pièces, les médias nationaux ont fini par adopter une attitude plus objective face aux développements enregistrés durant le procès. A l’exception de quelques sites électroniques, Actu-Maroc, le Site Info, le 360, Hespress et le magazine arabe Sayidati, qui ont suivi les différentes péripéties de cette affaire de bout en bout et le quotidien Assabah qui a fait une couverture assidue du procès en première instance et en appel avec une régularité et une rigueur professionnelle exemplaire, avant que d’autres ne se joignent à ces derniers tels que Amapresse , Alyaoum24, …

Quelques supports ont préféré se contenter de raccourcis et un exercice peu louable de désinformation ou du moins d’un traitement biaisé de cette affaire qui n’a pas livré tous ses secrets et qui interpelle l’opinion publique marocaine et koweïtienne, arabe et même occidentale. L’image de la femme d’affaires, maman de trois enfants, avait été sérieusement écornée par certains articles la faisant passer pour une personne sans âme et sans principes, une opportuniste prête à tout pour arriver à ses fins, mystérieuse ne connaissant aucune limite. Mais au bout du compte, la raison et la vérité ont fini par l’emporter, surtout depuis que Hind El Achchabi a gagné un autre procès l’opposant à l’Ambassade du Koweït au Maroc qui a été déboutée pour son accusation d’abus de confiance. La presse hostile au départ à la business woman a alors changé son fusil d’épaule pour se ranger de son côté et affirmer qu’elle n’est finalement que la victime d’une machination orchestrée par son ancien époux. Du reste et depuis son acquittement précieux dans ce deuxième procès, l’espoir revient parmi ses proches et son comité de soutien, de la voir bénéficier d’une libération prochaine en cassation.

La presse qui l’accablait de tous les maux au départ, se prépare à la voir blanchie de toutes les fausses accusations à l’origine de sa descente aux enfers.

Commentaires