La promotion de la participation économique des femmes, un des défis de...

La promotion de la participation économique des femmes, un des défis de la prochaine décennie

357
0
PARTAGER

Intervenant lors d’une rencontre consacrée à la présentation du programme stratégique à moyen terme pour l’institutionnalisation de l’égalité et équité de genre (PSMT) dans les secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle, M. Rhmani a indiqué que les études ont démontré que la situation des femmes sur le marché du travail constitue un excellent indicateur de l’état d’une société, du fonctionnement du marché de l’emploi et de la place du travail dans le système des valeurs.

Cette situation constitue, en plus, un indicateur des relations et des rapports entre les hommes et les femmes, de leur statut et de leur position dans la société, a-t-il dit.

Le ministre a ajouté que malgré les mesures qui confirment la volonté déterminée du Maroc de réduire les inégalités entre les sexes et de consolider les fondements de l’Etat de droit et de la justice sociale, les femmes accusent encore un certain retard sur les hommes dans d’importants secteurs de prise de décision économiques.

En vue de reconnaître le rôle des femmes dans la production économique et améliorer leur productivité, M. Rhmani a souligné que son département a entrepris la planification du PSMT pour l’institutionnalisation de l’égalité et équité de genre dans les secteurs de l’emploi, de la formation professionnelle et de la protection sociale pour la période 2011-2015.

D’une durée de 18 mois, ce programme dispose, de 4 axes stratégiques et de 14 projets, dont la finalité est de rendre l’égalité entre les sexes un principe directeur dans la planification des politiques, des programmes et des projets au sein du département, a-t-il ajouté.

Ce programme stratégique ambitionne également de renforcer les pouvoirs des femmes en mettant en place des mesures incitatives visant à promouvoir leurs accès aux postes de responsabilités au sein du ministère et ses organisations sous tutelles.

Le ministre a rappelé que ce programme sera accompagné d’une stratégie de communication en matière d’information et de sensibilisation sur l’égalité et l’équité de genre à l’intention des acteurs et intervenants concernés par les activités du projet.

Pour sa part, la ministre du développement social, de la famille et de la solidarité, Nouzha Skalli, a estimé que se programme se veut une approche structurante de gouvernance en matière de genre s’appuyant sur le développement des capacités institutionnelles et techniques et représente une entrée primordiale pour garantir l’égalité de genre en matière de l’emploi.

Dans une allocution lue en son nom, la ministre a mis l’accent sur la nécessité de réduire les écarts entre les femmes et les hommes et la promotion de l’égalité dans la dimension globale intégrant les différents aspects juridiques, socio-économiques, politiques et culturels.

Conscient du défi lié à la nécessité de mettre en place un cadre de coordination des politiques publiques en matière d’égalité de genre, le ministère a développé en concertation avec les départements gouvernementaux un plan d’action gouvernemental pour l’équité entre les hommes et les femmes pour la période 2010-2015, a-t-elle souligné.

Ce plan, a-t-elle dit, constitue un cadre de référence permettant de créer une forte synergie en vue d’intégrer l’approche genre dans les politiques nationales et programmes de développement et contribuer à la réduction des écarts et inégalités de genre dans différents domaines.

De son côté, l’ambassadeur du Canada au Maroc, Christopher Wilkie a indiqué que son pays conscient de l’importance et de l’enjeu que représente la question de l’équité et de l’égalité des genres dans les programmes et politiques, continuera à appuyer la mise en oeuvre du PSMT dans le cadre d’un nouveau programme d’appui au secteur de la formation professionnelle qui démarrera dans les prochains mois.

Le PSMT, initié par le ministère de l’emploi et de la formation professionnelle en partenariat avec le fonds d’appui à l’égalité entre les sexes (FAES) relevant de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) et le fonds de développement des nations unies pour la femme (UNIFEM) vise à intégrer l’approche institutionnelle basée sur l’égalité et l’équité dans les politiques nationales en matière d’emploi et de formation professionnelle et de préservation sociale.

Commentaires