La question du Sahara marocain dans le discours du Trône

La question du Sahara marocain dans le discours du Trône

216
0
PARTAGER

En insistant longuement sur le droit et la volonté du Maroc de préserver et de préserver par tous les moyens son unité et son intégrité territoriale, ainsi que sur sa détermination à ne  renoncer ne fut-ce qu’à un pouce de son territoire, tout en soulignant la pertinence, l’objectivité et la faisabilité de la proposition de l’autonomie élargie pour nos provinces méridionales dans le cadre de la souveraineté nationale, le Souverain a non seulement réitéré le sentiment de toute une nation éprise de paix, respectueuse de la légalité internationale et de la légitimité historique et tout aussi attachée à son bon droit, mais a également démontré que le soutien et l’accueil favorable de plus en plus large réservé à cette initiative au Conseil de Sécurité de l’ONU et par plus d’une  puissance mondiale ne sont pas le fruit du hasard. C’est, au contraire, le résultat d’une analyse profonde et détachée de la situation régionale et internationale et d’une lecture objective des réalités historiques géopolitiques, économiques, sociales et culturelles qui soutendent ce conflit artificiel et qui empoisonnent les relations des pays du Maghreb depuis bientôt quatre décennies.

 

L’originalité, le courage, la pertinence de cette initiative et la volonté du Maroc de trouver une issue consensuelle  à ce conflit n’ont en effet d’égal que son souci de ménager l’avenir  de l’ensemble des peuples de la région, de faire l’économie d’efforts vains et inutiles à vouloir aller à contre-courant de l’Histoire et du bon sens commun et de contribuer à refonder les relations entre états maghrébins sur des bases plus saines et solides car exemptes de rancœur, de volonté de puissance et d’hégémonie.
Le Souverain a été tout aussi clair et ferme à l’égard de nos voisins de l’Est qu’il a invités à faire montre de réalisme, à cesser de nager à contre-courant et à placer les intérêts des peuples de la région, ainsi que les questions de développement, de sécurité et de stabilité au-dessus des calculs étroits et de courte vue. Il a de même annoncé Son intention de procéder à la restructuration du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara (CRCAS) afin de lui permettre de jouer pleinement et plus efficacement son rôle dont, en premier lieu, celui, ô combien vital et urgent, de contribuer à lever le siège imposé à nos concitoyens séquestrés à Tindouf.

Rationalité, maturité, méthode, volonté de dialogue, de paix et de prospérité pour tous, mais aussi fermeté, détermination et refus de toute compromission, tels sont les principales caractéristiques et les moments forts du discours Royal de ce 30 juillet, l’an de grâce 2010 en ce qui concerne, du moins, la cause nationale première.

Ahmed El Fadili

Commentaires