La régionalisation avancée: un nouveau contrat social pour la répartition des pouvoirs

La régionalisation avancée: un nouveau contrat social pour la répartition des pouvoirs

367
0
PARTAGER

« La régionalisation est le transfert des pouvoirs du centre vers la périphérie et une volonté de multiplier les centres de décisions », a précisé ce membre de la Commission consultative sur la régionalisation (CCR), soulignant que « le pluralisme recherché est bien un nouveau contrat social qui correspond à une nouvelle répartition des pouvoirs ».

Le projet de régionalisation, dont les éléments essentiels ont été annoncés par le Souverain dans le discours du 9 mars, constitue « une réponse rationnelle à un problème réel que pose la société marocaine », a souligné ce directeur de recherche au Centre national de recherches scientifique (CNRS-France), dans une déclaration à la MAP.

« Il en est de même de la révision profonde de la Constitution que SM le Roi a annoncée dans son discours de mercredi 9 mars », a-t-il estimé. Car si cette révision prend en considération la demande des élites politiques et de la jeunesse, « elle s’inscrit aussi dans le prolongement des propositions de changements constitutionnels que la CCR estime nécessaires à la régionalisation avancée », a-t-il expliqué.

Pour l’auteur du livre « Le Sahara: liens sociaux et enjeux géostratégiques », le projet de régionalisation avancée, tout comme la nouvelle révision de la Constitution, constitue « une étape d’un processus ininterrompu de démocratisation de la vie politique et sociale ».

Ce processus, a-t-il rappelé, a été voulu et explicitement exprimé par le Souverain dans son allocution de janvier 2010, à l’occasion de l’installation de la CCR, qui, d’ailleurs, « n’était pas une simple réponse à des contingences politiques ».

Le projet de régionalisation avancée, ainsi que celui de révision de la Constitution constituent « une suite logique des réformes que le Maroc mène depuis quelques années », a-t-il soutenu.

Parmi celles-ci, le sociologue a cité l’institutionnalisation de l’Instance Equité et Réconciliation (IER), le nouveau Code de la famille, la reconnaissance de l’Amazighité et la discrimination positive vis-à-vis des femmes afin qu’elles participent à la vie politique en leur réservant un nombre important de sièges au Parlement, ainsi que la politique de répartition et de lutte contre la pauvreté.

MAP__________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires