La remise ex-aequo du prix Booker arabe a fait perdre à cette...

La remise ex-aequo du prix Booker arabe a fait perdre à cette distinction sa valeur (critique égyptien)

194
0
PARTAGER

 » Le principe de partage fait perdre au prix booker ou à tout autre prix sa valeur », a-t-il souligné dans des déclarations publiées mardi par le journal  » Al Yaoum Sabea « .

Tout en félicitant Achaari et Alem pour avoir remporté cette distinction, il a relevé que la tâche était difficile pour le jury, présidé par l’écrivain irakien Fadel Azzaoui, pour choisir un seul lauréat, vu le niveau des six Âœuvres qui étaient en lice pour cette distinction.

Dans ce sens, il s’est dit « étonné » de voir un poète remporter ce prix, précisant qu’il s’agit du premier roman d’Achaari dans son parcours littéraire.

L’écrivain et poète marocain, M. Mohamed Achaari, avait remporté, lundi, ex aequo avec la romancière saoudienne Rajae Alem, le prix booker pour ses romans respectivement « Al Qaws wa Al Faracha  » (l’Arc et le papillon) et  » Taouq Al Hamama  » (collier de la colombe).

Six Âœuvres avaient été retenues parmi une liste de seize romans nominés pour le prix Booker arabe. Ils représentent, outre le Maroc, l’Arabie saoudite, l’Egypte et le Soudan.

Le prix Booker arabe est décerné chaque année à une oeuvre arabe. Les six Âœuvres nominées recevront chacune 10.000 dollars, alors que le lauréat recevra 50.000 dollars supplémentaires.

Le prix Booker arabe avait été créé en avril 2007 à Abou Dhabi en collaboration avec le prix Booker britannique et la collaboration de la Fondation des émirats.

 

_____

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

Commentaires