La revue « CINE MAG », un nouveau voyage au profit du cinéma, de...

La revue « CINE MAG », un nouveau voyage au profit du cinéma, de l’art visuel et de l’amour du cinéma (Mohammed Bakrim)

186
0
PARTAGER

Ce magazine mensuel décide « de reprendre le flambeau et d’entreprendre un nouveau voyage au profit du cinéma, de l’art visuel et de l’amour du cinéma », a souligné son directeur de la rédaction, Mohammed Bakrim, lors d’une conférence de presse.

M. Bakrim a indiqué que « CINE MAG  » revient pour « un nouveau départ dans une nouvelle formule, une ligne éditoriale plus cohérente et une attention accrue aux attentes, aux remarques et aux observations des lecteurs », dans le vaste domaine du cinéma et des arts visuels.

Ce sera également « l’occasion pour nous de suivre les films marocains qui sortent », a affirmé Bakrim dans l’éditorial, en expliquant que cette revue sera une sorte de « discours d’escorte, autonome, passionné et lucide, pour prolonger le plaisir de la vision du film par le plaisir d’en parler ».

Chaque mois, va paraître un nouveau dossier qui va élargir une thématique, prospecter un chantier, une question technique, esthétique, technique ou historique, a-t-il précisé, ajoutant qu’il va y figurer également un entretien qui va faire découvrir, chaque mois, « l’univers d’une personnalité du cinéma ».

CINE MAG va constituer un véritable espace qui va accueillir des personnalités qui ne sont pas forcément cinéastes mais proches du domaine, aimant cet art, « elles peuvent être issus du domaine de la littérature, de la peinture ou encore d’autres expressions artistiques », a-t-il poursuivi.

Le but, à travers cette ouverture, est de « jeter les ponts du dialogue entre le 7ème art et les genres voisins et rétablir une transversalité qui fera que le cinéma forge sa légitimité au-delà de ses propres frontières en tant que paradigme incontournable de la modernité », a-t-il dit.

Ce magazine sera également l’occasion de produire « un discours critique » qui accompagne la formidable dynamique que connaît le paysage cinématographique marocain, a ajouté M. Bakrim.
Abordant le volet « critique de cinéma », il a déploré le fait que les films marocains « naissent quasiment orphelins en absence de toute critique raisonnée et construite » et qu’à ce niveau, a-t-il estimé, il souffre d’un « déficit en termes d’analyses ».

Un déficit critique qui amène Bakrim à transposer pour le cinéma la formule de la sociologue Rahma Bourquia qui parle de « société sous évaluée ».

La revue gardera comme constante, a-t-il affirmé, cet esprit d’ouverture qui est inscrit dans sa démarche et préservera également cette attention particulière qui est accordée aux films et à la critique des films.

Il s’agit là plus précisément de « faire l’éloge de la différence, de l’inédit, de l’insolite et de se battre contre les idées qui figent », a souligné le directeur de la rédaction.

 

map________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires