La Russie se pose en médiateur en recevant les émissaires de Kadhafi

La Russie se pose en médiateur en recevant les émissaires de Kadhafi

222
0
PARTAGER

Moscou, qui prévoit de recevoir prochainement des émissaires de la rébellion, estime qu’il faut « convaincre toutes les parties en conflit qu’il n’y a pas de solution militaire à cette situation et qu’il faut le plus vite possible décréter un cessez-le-feu », a ajouté M. Lavrov.

Il s’exprimait à l’issue d’entretiens avec Muhammad Ahmed Al-Sharif, secrétaire général de la World Islamic Call Society, une institution créée par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.
« Si l’on arrive à le faire, alors il n’y aura plus aucune raison pour continuer les bombardements de l’aviation de l’Otan, qui dépassent largement le cadre des objectifs fixés par les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU », a encore déclaré M. Lavrov.

La Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, s’était abstenue le 17 mars, de même que la Chine, de faire usage de son droit de veto lors du vote de la résolution 1973 qui a autorisé l’intervention d’une coalition internationale en Libye contre le régime du colonel Kadhafi.

Mais depuis, Moscou, qui maintient formellement des relations avec le régime de Tripoli, a accusé les Occidentaux de violer l’esprit et la lettre de la résolution.

Le 6 mai, M. Lavrov et son homologue chinois Yang Jiechi avaient déclaré à Moscou que leurs deux pays unissaient leurs efforts pour réclamer un cessez-le-feu, répétant leur opposition de principe à toute ingérence et a fortiori à une intervention terrestre.

Moscou et Pékin partagent l’opinion selon laquelle « chaque peuple doit déterminer lui même son destin, sans ingérence », avait souligné M. Lavrov.

Le ministre russe avait aussi critiqué l’intention, selon lui, du groupe de contact formé sur la Libye à l’initiative des Occidentaux, et auquel ne participent ni Moscou ni Pékin, d’étendre sa compétence à d’autres crises de la région comme celle qui se déroule en Syrie.
« Cette structure, qui s’est autoproclamée, tente de plus en plus de s’attribuer le rôle principal dans la détermination de la politique de la communauté internationale à l’égard de la Libye, et pas seulement de la Libye », avait déclaré M. Lavrov.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le ministère des Affaires étrangères a réitéré ses appels à mettre fin aux hostilités, soulignant que la catastrophe humanitaire s’aggravait.

De son côté, le Premier ministre russe Vladimir Poutine avait sévèrement critiqué le 26 avril, au cours d’une visite à Copenhague, les efforts plus ou moins avoués visant à atteindre Mouammar Kadhafi.
La visite à Moscou des émissaires de Mouammar Kadhafi survient alors que la pression occidentale s’accentue sur le dirigeant libyen, l’Otan ayant mené mardi de nouveaux raids sur des bâtiments officiels à Tripoli, au lendemain de la demande par le procureur de la Cour pénale internationale d’un mandat d’arrêt à son encontre.

Quant au passage à Moscou de représentants de la rébellion libyenne, M. Lavrov a indiqué qu’il était initialement prévu mercredi mais avait été ajourné pour des raisons « techniques ».
« Nous attendrons qu’ils soient prêts à venir », a déclaré le ministre russe mardi, sans précision sur la cause de cet ajournement.

AFP________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires