La Russie suspend les lancements de fusées Soyouz

La Russie suspend les lancements de fusées Soyouz

195
0
PARTAGER

Le vaisseau cargo russe Progress M12-M transportant plusieurs tonnes de matériel et de nourriture a été lancé mercredi avec un Soyouz à partir du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) et devait s’arrimer vendredi à la Station spatiale internationale (ISS).

 

Mais à la suite d’une défaillance dans le système des moteurs, le Progress M12-M n’a pas rejoint la bonne orbite et s’est écrasé 325 secondes après le décollage, selon l’Agence spatiale russe (Roskosmos).

Ses fragments sont tombés dans une zone non peuplée dans la région russe de l’Altaï, située à la frontière de la Chine, de la Mongolie et du Kazakhstan. Une opération de recherches des débris du vaisseau était en cours jeudi, selon le ministère russe des Situations d’urgence.

Le Centre russe de contrôle des vols spatiaux (Tsoup) a aussitôt assuré qu’il y avait suffisamment de réserves pour approvisionner les cosmonautes de l’ISS jusqu’à l’arrivée du prochain Progress et exclu une éventuelle évacuation de l’équipage de la station.

Roskosmos a cependant retiré de son site internet toutes les informations concernant les futures missions vers l’ISS: l’annonce du prochain vol habité vers l’ISS programmé le 22 septembre et celle du lancement d’un autre vaisseau cargo russe prévu le 28 octobre n’y figurent plus.

Les deux lancements doivent être effectués à l’aide d’une fusée Soyouz.

Le chef de Roskosmos, Vladimir Popovkine, a convoqué dans la nuit une réunion d’urgence en sollicitant des « propositions supplémentaires visant à assurer l’approvisionnement de la Station spatiale internationale et permettre à la Russie de remplir absolument ses obligations pour assurer le bon fonctionnement » de l’ISS.

Plusieurs médias russes évoquent cependant le début d’une période de crise pour l’industrie spatiale russe, rappelant que cinq lancements se sont soldés par des échecs en l’espace de neuf mois.
« Cette série d’accidents de lancements révèle une crise profonde », écrit ainsi le quotidien russe Kommersant.

« De plus en plus d’appareils russes échouent à rejoindre leur orbite », déplore-t-il.
Moscou a déjà perdu la semaine dernière un puissant satellite de télécommunications, lancé par une fusée Proton. L’engin a été retrouvé sur une mauvaise orbite et il est peu probable que la Russie puisse le récupérer.

En décembre 2010, trois satellites Glonass lancés par une fusée Proton sont retombés dans l’océan Pacifique après l’échec de leur mise en orbite, provoqué par une surcharge de carburant dans le lanceur.

AFP_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires