PARTAGER
fish
Sur les étalages des poissonniers dans les marchés ou chez les vendeurs ambulants, les prix d la sardine ne varient guère depuis ledébut du mois sacré de ramadan pour se négocier au prix fort pour le rendre inaccessible, à savoir dans une fourchette située entre 20 et 30 dirhams en fonction des origines et de la qualité, soit aussi cher que le poulet dont les tarifs, pour une fois, non pas bougé, les mariages n’étant pas célébrés pendant cette période. C’est bien simple, résume une ménagère, au pays de la sardine, ce poisson est devenu tout simplement un produit inaccessible pour le commun des mortels alors que dans certaines, l’habitude veut que les sardines figurent en bonne place sur les tables pour la rupture du jeûne.
C’est justement en raison de cette forte demande sur la sardine, le poisson du pauvre, les autres espèces étant devenues un rêve tout aussi inaccessible, que les prix atteignent des sommets en cette période avec le double du prix affiché en comparaison avec le reste de l’année, les spéculateurs étant pour beaucoup dans cette flambée que rien n’arrête, les contrôles des prix laissant la loi du marché faire son jeu en dépit des protestations des consommateurs qui préfèrent passer leur chemin au milieu d’étalages deevenus des épouvantails pour les porte-monnaies peu garnis.

Commentaires