PARTAGER
La station balnéaire de Saidia vit ses pires heures depuis son développement marquant ces dernières années, fruit d’investissements conséquents de la part de l’état et du privé pour en faire une destination internationale en méditerranée.
Aujourd’hui, force est de constater que cette perle de la région de l’oriental paye cash le prix de sa proximité avec l’Algérie, vivier de mouvements terroristes de différentes obédiences, dont certains manipulés par les services algériens, qui souhaitent frapper le Maroc dans ses hauts lieux touristiques comme ils l’ont prouvé par le passé à Marrakech avec l’attentat de l’hôtel « Atlas Asni ». Aujourd’hui, c’est le mouvement « Daech » qui est l’auteur de menaces insistantes de sévir dans cette région du Maroc et cette station balnéaire en particulier, très prisée de touristes étrangers qui y ont acheté leur résidence secondaire en raison du climat mais également de la sécurité qui y régnaient jusqu’à cette année jusqu’à la multiplication des menaces d’attentats qui ont fait fuir les habitués, y compris les nationaux, dont les réservations se comptent sur le bout des doigts.
Un plan d’urgence a certes été élaboré pour renverser la tendance et remplir les hôtels, mais les risques d’actes terroristes en Europe prévus avec crainte pour les prochaines semaines ne plaident pas pour un retour de l’afflux en mesure de sauver la saison.

Commentaires