PARTAGER
La tension ne baisse pas et reste perceptible au lycée Lyautey de Casablanca, une semaine après des incidents qui ont failli dégénérer en raison d’un différend entre élèves et l’administration. Rassemblements et slogans, début de grève des cours, incendies de locaux étaient venus rompre la semaine dernière la quiétude qui règne habituellement dans ce vieux lycée relevant de la mission française.
A l’origine de ces perturbations inhabituelles, le changement de date d’un baccalauréat « blanc » de manière unilatérale par l’administration et qui aurait pénalisé les élèves concernés, les notes de cet examen étant pris en compte dans les notes trimestrielles. Il n’en a pas fallu plus pour que les élèves se mobilisent par centaines, avec le soutien de leurs parents, pour contester cette décision, non sans avoir recours à des méthodes qui ont inquiété les parents de tous les élèves de l’établissement qui ont craint une déflagration généralisée à un certain moment.
Les deux parties sont parvenues à un accord obtenu in extrémis après des concessions obtenues à l’arraché de la part de l’administration qui a tout fait pour minimiser les incidents. Depuis, le calme total n’est toujours pas revenu et la crainte d’un nouveau mouvement de revendications pour d’autres raisons, reste justifiée selon des groupes de parents craignant une année blanche.

Commentaires