PARTAGER

Après un enlisement de plusieurs semaines, devant le tribunal de première instance de Rabat, le dossier de la femme d’affaires Hind Al Achchabi poursuivie pour adultère, semble prendre un tournant décisif avec des éclairages nouveaux qui ont poussé le juge en charge de cette affaire, montée de toutes pièces, à reconsidérer certains de ses aspects.

Au cours de la dernière audience qui s’est déroulée dans une salle comble composée d’une assistance acquise à la cause de la businesswoman dont le sort continue d’émouvoir l’opinion publique qui la considère comme innocente, les différents témoignages et pièces capitales apportées au dossier plaident pour son acquittement pur et simple avec l’accumulation de preuves étayant la thèse d’une machination ourdie par le mari koweïtien pour ruiner son ex épouse et la mettre à genoux après leur séparation qu’il n’a pas accepté et son désir de vengeance pour lequel il était prêt à tout.

Du reste, de nouveaux éléments sur le parcours professionnel peu reluisant de ce dernier ont révélé des facettes éloquentes qui montrent son avidité et sa perversité. Pour s’en convaincre, il suffit de faire une petite recherche sur le net pour tomber sur cet extrait qui en dit long sur le personnage, l’ambassadeur Kowetien, à l’origine du malheur de son ancienne épouse marocaine, Hind « il y a encore des gens qui sont prêts à faire ce qu’il faut pour la gloire et la fortune. Inutile de dire que, Sadiq M. Marafi est l’un de ces individus – bien qu’il était un employé modeste au début, il a toujours voulu une vie meilleure et était prêt à utiliser tous les moyens nécessaires, même si cela signifiait qu’il aura besoin de briser la loi. » Source :  haapublicauction.net.

Pour sa part, l’accusée Hind Al Achchabi, forte de son bon droit et de son tempérament de battante, s’est montrée très digne et déterminée à se sortir de cette affaire après en avoir déjà payé le prix fort. Attentif à sa version des faits à laquelle elle s’accroche depuis le début du procès, le juge semble au fil des audiences avoir oublié ses aprioris sur cette femme et mère de famille qui a su rester digne, élégante et déterminée et qui a su le montrer y compris en prison, puisque suite à une plainte auprès de la Délégation Générale de l’Administration Pénitentiaire pour mauvais traitements, une commission d’enquête a été envoyée  spécialement à la prison de salé où elle est incarcérée, qui a fait changer le comportement des surveillants à son égard. Pas pour longtemps, il faut bien le croire après ces développements.

Commentaires