PARTAGER

Le prince héritier  Mohammed ben Salmane d’Arabie saoudite voit grand. En fait, il voit gigantesque, comme trois fois l’île de Chypre. C’est à cette taille que devrait se développer sa zone de développement économique appelée NEOM, d’une superficie de 26.500 km².

NEOM sera établie au nord-ouest de l’Arabie saoudite, sur les bords de la mer Rouge. Certains secteurs seront frontaliers de la Jordanie et de L’Égypte. Le plan comprend notamment un pont enjambant la mer Rouge et reliant la ville à L’Égypte.

Le projet sera soutenu par plus de 500 milliards de dollars provenant du gouvernement saoudien, de son fonds souverain et d’investisseurs locaux et internationaux. De quoi s’agit-il exactement? C’est un espace économique « ultra-connecté » qui accueillera « plus de robots que d’habitants », selon les propres mots du prince saoudien.

 De grosses sociétés américaines sont concernées par le projet: Blackstone, Softbank group, Boston Dynamics (robotique) et Arconic (fabrication de métaux)….

Réduire la dépendance au pétrole

Le royaume ambitionne de développer dans cette nouvelle ville de larges secteurs comme l’énergie, l’eau, la biotechnologie, l’alimentation, le numérique, les médias et les divertissements.

Ce nouveau projet a été révélé alors que l’Arabie saoudite  cherche à diversifier son économie trop dépendante du pétrole dont les prix ont chuté ces trois dernières années. Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie saoudite a enregistré d’énormes déficits budgétaires et vu ses réserves financières fondre depuis la chute à la mi-2014 du prix de l’or noir.

Commentaires