PARTAGER

Très remonté contre les critiques acerbes de sa présence à la deuxième chambre du parlement pour un congrès, et les incidents qui ont marqué son passage au Maroc, l’ancien ministre de la défense israélien, aujourd’hui parlementaire, Amir Peretz, promet de revenir si ses activités l’imposent. Un vrai défi à ses adversaires, nombreux au Maroc, qui ont demandé son départ en séance plénière, affirmant qu’il continuerait à maintenir des relations formelles et informelles avec son pays d’origine malgré la vague de protestations qui a suivi son invitation. Il faut dire que c’est son second séjour dans le royaume et que lors de la fois précédente il avait été jusqu’à être accueilli, en audience officielle, par le roi. Depuis cette date, Amir Peretz a cru qu’il serait accueilli à bras ouverts mais c’était sans compter sur la résistance des milieux anti-sionistes et pro-palestiniens qui se sont élevés comme un seul homme sur le député travailliste israélien qui a déclaré être prêt à revenir malgré cette hostilité.

Chose curieuse dans cette affaire, les parlementaires islamistes du PJD, habituellement les premiers à crier haut et fort contre toute tentative de normalisation, ont rencontré l’ancien ministre de la défense en toute discrétion et loin des regards sans en être inquiétés le moins du monde.

Par Jalil Nouri

Commentaires