PARTAGER

Alors que la commission d’enquête est à pied d’œuvre depuis hier pour faire la lumière sur la bousculade qui a fait 15 morts et 7 blessés graves, toutes des femmes d’un village situé à 60 kilomètres de la ville d’Essaouira, une piste sérieuse semble se dessiner pour expliquer ce drame.

Les habitantes de la région, habituées à se rendre à cette distribution de denrées par un mécène, imam de son état et membre du parti du PJD, ont été étonnées du nombre anormal de personnes présentes ce dimanche qui se sont agglutinées dès 3 heures du matin. Un nombre trop élevé pour les capacités d’accueil du lieu du local de la distribution des paniers avec une grande proportion de personnes étrangères à la localité mais prévenues par des parents et connaissances, qui avaient fait le déplacement de très loin, y compris d’Agadir, lointaine à plus de 100 kms et de la ville de Chichoua sur la route de Marrakech et également éloignée.

Malgré cette foule croissante, la distribution s’annonçait bien jusqu’à ce qu’une odeur de brûlé vienne créer la panique puis la bousculade inévitable avec le lourd bilan que l’on connait et que l’opinion publique internationale a appris avec stupeur.

Après ce drame et les conditions dans lesquelles il s’est déroulé, il est clair que la distribution des denrées de ce type sera soumise à une autorisation préalable accordée au compte-gouttes par les autorités locales et tant pis pour les paniers gratuits des pauvres distribués dans l’improvisation et en fonction du bon-vouloir et au gré des humeurs des mécènes.Distribuer aux démunis c’est bien mais bien organiser la distribution, c’est mieux.

Par Nabila Kandili

 

Actu-maroc.com

Commentaires