PARTAGER
Peu habituée à connaître l’organisation de manifestations en raison de questions d’ordre sécuritaire, la ville de Laayoune, chef lieu du Sahara Marocain, a connu ce mardi 15 mars, la plus grande marche de protestation de toute son histoire.
Dans la foulée de celle de dimanche dernier avec un record de trois millions de personnes venus scander des slogans hostiles au secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon pour ses dérapages verbaux contre le Maroc, les sahraouis de cette ville et d’ailleurs se sont retrouvés par milliers à prendre le relais au milieu d’un service d’ordre efficace , sans que l’on enregistre aucun incident majeur à la fin de cette journée. Des craintes subsistaient en ce sens puisqu’il était prévu un arrêt devant le siège de la mission de l’Onu pour le maintien de le pais comme cela avait déjà été le cas, il y a moins de 6 mois en pleine visite royale dans cette ville.
Depuis que le secrétaire général de l’Onu Ban Ki Moon a tenu des propos contre le Maroc, plusieurs voix influentes sahraouies se sont élevées, y compris au sein du parlement marocain, pour demander la fin de cette mission au Sahara et pour l’une d’entre elles, celle d’un notable et maire de Laayoune, le recours aux armes pour défendre l’intégrité territoriale du pays que Ban Ki Moon a remis en question dans une récente déclaration qui lui vaut aujourd’hui d’être l’homme le plus décrié par les marocains qui se sont élevés comme un seul homme devant ses propos .

Commentaires