PARTAGER

Le vote de la loi de finances à la première chambre du parlement il y a quelques jours par seulement 126 députés restera pour longtemps dans les mémoires et au sein de l’opinion publique.

L’arrivée d’une grande partie de nouveaux députés au sein de cette institution n’a rien changé par rapport à la précédente en termes de discipline chez les élus et le phénomène de l’absentéisme a pris des proportions encore plus grandes, au point que le président de la première chambre envisage sérieusement envisage sérieusement d’instaurer un système de pointage et une retenue sur les salaires pour les moins assidus parmi les élus. Il n’est pas certain que la mesure soit réaliste , ni envisageable, ni même efficace tout comme l’ont été les initiatives prises en ce sens par les présidents précédents confrontés aux m^mes taux inacceptables d’absentéisme à longueur de mandats.

Mais il n’y pas que les élus qui désertent les bancs de l’institution car au niveau des ministres, on ne peut pas dire que l’exemple est donné. A peine nommés, les membres du gouvernement El Othmani ne se distinguent guère par leurs efforts pour être présents et donner le bon exemple.

Le phénomène est également en train de prendre de l’ampleur parmi eux, au point que le chef du gouvernement a cru bon prendre le taureau par les cornes pour leur ordonner de faire acte de présence le plus possible. Il n’est pas certain , non plus, qu’il soit entendu.

Commentaires