PARTAGER

Rien ne va plus pour les traiteurs professionnels qui désespèrent de voir leur activité sortir du marasme dans laquelle elle se débat ces dernières années.

Pour ne prendre que le cas particulier de ceux exerçant dans le périmètre de la capitale, Rabat, qui devrait leur garantir des carnets de commande à longueur d’année, force de constater que la réalité est tout autre. La situation s’est sérieusement aggravée ces dernières semaines avec le blocage gouvernemental qui a gelé toute organisation de congrès, de séminaires et autres manifestations faisant appel aux services de la capitale.Le froid glacial de ces dernières semaines a poussé à l’annulation de la majorité des fêtes de mariage programmées et ce n’est pas tout, car cette météo (politique et climatique) peu clémente, a fait bondir les prix des matières premières pour une activité morose avec, comme conséquences, des caisses vides pour les traiteurs professionnels les plus solides et les plus réputés de la ville qui se plaignent des charges fixes, lourdes à assumer en pareille mauvaise passe. Pour compliquer le tout, il y a la pression fiscale devenue intenable depuis que l’administration des impôts a mis ce secteur fragile dans son viseur parmi les habitués de la fraude fiscale,  sous prétexte qu’il favorise le noir et se soustrait à ces obligations. Des accusations fermement rejetées par les professionnels qui ne savent plus de quoi demain sera fait, certains pensant déjà à mettre la clé sous la porte.

Commentaires