PARTAGER

Sans crainte de poursuites judiciaires, la célèbre actrice française Isabelle Adjani, a avoué au magazine « Paris Match » avoir commis un délit de vol au Maroc le week-end dernier, dans un hôtel de la ville d’Agadir où elle a résidé afin d’assister dimanche au « Concert de la Tolérance » dont elle était l’invité d’honneur, n’ayant pas résisté à la forte tentation qui l’a tenaillé.

Isabelle Adjani a expliqué sans retenue que dans le couloir de l’étage de l’hôtel abritant sa chambre, était accroché un tableau reproduisant un portrait d’une femme berbère dont la ressemblance était frappante avec son propre visage et qu’elle n’a pas réfléchi à deux tours pour décrocher cette pièce unique, dit-elle, et la cacher dans sa valise en cachette.

L’actrice vient-elle de dévoiler pour la première fois, qu’elle était atteinte de cleptomanie, une pathologie dont sont atteintes les personnes attirées par les vols et les larcins même en étant dans une situation financière aisée, mues par ce réflexe.
Car rien n’empêchait la grande et riche actrice de faire part à la direction de l’hôtel d’acquérir l’œuvre qu’elle aurait même pu lui céder gratuitement, ce genre de pièces décoratives n’étant pas issue de collection et n’ayant pas généralement une très grande valeur marchande. Par pure coïncidence, l’hôtel appartient à une grande chaîne hôtelière française déjà victime d’une mauvaise publicité internationale après le viol d’une femme de chambre, commis par l’ancien patron du FMI, Dominique Strauss Kahn, ce qui a vite poussé des internautes à lancer un nouveau slogan:  » les hôtels… pour voler et violer ».

Commentaires