L’ACTRICE LOUBNA ABIDAR DÉNONCE LE RÉALISATEUR-ACTEUR SAID NACIRI POUR AGRESSIONS SEXUELLES

L’ACTRICE LOUBNA ABIDAR DÉNONCE LE RÉALISATEUR-ACTEUR SAID NACIRI POUR AGRESSIONS SEXUELLES

16055
0
PARTAGER

C’est la jeune actrice Loubna Abidar, pas très célèbre mais courage, qui a mis le doigt sur le secret caché du harcèlement sexuel sur les plateaux de tournage en défiant toutes ses collègues de dire qu’elles n’ont pas subi un jour les propositions indécentes de producteurs, de réalisateurs ou de responsables de casting, propositions qui tournent au chantage. Une pratique courante, selon elle, contre laquelle elle s’élève et affûte ses armes pour la combattre.

 

L’actrice part de sa propre expérience qu’elle vient de vivre avec l’acteur-réalisateur Said Naciri, qui sous ses airs d’amuseur public et de boute-en-train serait un prédateur sexuel sans scrupules si l’on en croit ses témoignages détaillés.

Le personnage va se dévoiler sous sa vraie nature en la menaçant de lui faire subir le pire si elle persistait à porter ses accusations contre lui, la traitant au passage de tous les noms, insultes et menaces qu’elle a soigneusement enregistrées, comme preuves à charge.

En lançant cette affaire sur la place publique, Loubna Abidar qui appelle ses pairs à une mobilisation générale contre le fléau du harcèlement sexuel et du droit de cuissage opéré sur les actrices et figurantes, espère ouvrir un débat sur ces pratiques, un débat déjà amorcé mais jamais mené à son terme. L’occasion de le faire avec sérénité et objectivité avait été donné il n’y a pas très longtemps quand le réalisateur Abdelkirim Derkaoui avait jeté un pavé dans la mare en déclarant qu’un réalisateur se devait d’avoir des relations sexuelles avec son actrice-vedette pour mieux communiquer.

La phrase avait fait l’effet d’une bombe à l’époque et les professionnels s’étaient empressés d’éteindre le feu afin que le cinéma national ne soit pas accusé de ce mal qui nuirait à sa réputation.

Said Naciri, qui n’en est pas à ses premières insultes ni menaces que ce soit envers des responsables de chaînes de télévision ou de journalistes risque de se trouver dans de sales draps si l’actrice Loubna Abidar engage des poursuites devant les tribunaux pour laver son honneur et donner l’exemple aux autres actrices qui préfèrent rester muettes.

Selon certaines sources, Said Naciri serait un récidiviste dans ce genre d’affaire, puisque plusieurs jeunes filles l’accusent également, sans poursuite judiciaire, des faits identiques, en précisant qu’il invitait des filles sous prétexte de casting dans ses luxueux bureaux pour leur proposer ensuite d’avoir des rapports sexuels avec lui. En cas de procès intenté par l’actrice Loubna, ces filles pourraient se constituer partie civile et venir témoigner.

Actu-maroc.com  _____________________

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires