«Affaire du Carlton» : la garde à vue de DSK devrait se...

«Affaire du Carlton» : la garde à vue de DSK devrait se prolonger

326
0
PARTAGER

Face aux enquêteurs de la police judiciaire, Dominique Strauss-Kahn doit convaincre de sa bonne foi et prouver qu’il est étranger à toute affaire de prostitution, s’il veut espérer sortir libre et sans poursuite de cette garde à vue. Car les enquêteurs se posent de multiples questions.
Première interrogation : Dominique Strauss-Kahn savait-il qu’il fréquentait des prostituées lors des soirées libertines organisées pour lui par ses amis lillois ? Deux mises en examen dans ce dossier soutiennent que non. Une affirmation contredite par le témoignage d’une des participantes, une « copine », comme les appelait DSK. Elle se souvient que l’ex-patron du FMI lui a un jour demandé son portable et ses tarifs.
Pour autant, même si Dominique Strauss-Kahn savait qu’il s’agissait de prostituées, il n’est pas sûr que cela soit suffisant pour l’inculper pour proxénétisme aggravé, c’est à dire comme un co-organisateur de la prostitution.
D’éventuelles contreparties ?
Quand au deuxième volet, «le recel d’abus de biens sociaux », les enquêteurs veulent déterminer si DSK a eu connaissance de l’éventuelle origine frauduleuse des dépenses faites pour satisfaire ses plaisirs. Et bien sûr, la question d’éventuelles contreparties à ces soirées libertines devrait lui être posée.
Tous les éléments du dossier doivent être étudiés et la parole de Dominique Strauss- Kahn doit être confrontée aux déclarations des huit personnes déjà mises en examen, un travail fastidieux pour les enquêteurs, c’est pour cette raison que la garde à vue peut durer 48 heures.
Bons amis et parties fines
Le Nord-Pas-de-Calais a toujours été un bastion du parti socialiste. Au fil des années et de ses nombreux déplacements pour venir soutenir tel ou tel candidat dans ce département ancré à gauche, Dominique Strauss-Kahn s’est lié d’amitié avec Fabrice Paszkowski, un sympathisant socialiste par ailleurs responsable d’une petite société.
Fabrice Paszkowski a vite découvert le talon d’Achille de DSK : les femmes et son goût prononcé pour les soirées libertines. C’est devenu leur secret et visiblement l’entrepreneur lillois a tout mis en œuvre pour assouvir les fantasmes de son célèbre ami. Pour cela, il a fait appel à des prostituées qui travaillaient en Belgique, notamment pour le compte de « Dodo la Saumure », un proxénète cité dans « l’affaire du Carlton de Lille. »
Des témoignages ont aussi fait ressortir que plusieurs déplacements avaient été organisés et financés par une connaissance de Fabrice Paszkowski : David Roquet, un ancien directeur d’une filiale du groupe de BTP Eiffage.
Des soirées libertines, il y en a eu des dizaines : à Paris, à Lille, à Bruxelles mais aussi à Washington, alors que DSK dirigeait le FMI. Le dernier voyage dans la capitale américaine a eu lieu du 11 au 13 mai 2011, à la veille de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York.
Les avocats de Nafissatou Diallo à l’affût
Cette garde à vue à Lille intervient alors qu’aux Etats-Unis, la procédure civile engagée par les avocats de Nafissatou Diallo est toujours en cours.
Il est certain que Kenneth Thomson et Douglas Wigdor, les deux conseils de Nafissatou Diallo, ne doivent pas perdre une miette de ce qui se passe à Lille. Car la publication dans la presse de procès verbaux, ou l’éventuelle mise en examen de Dominique Strauss-Kahn sont autant d’éléments susceptibles de nourrir le dossier américain.
D’une manière plus large, tout ce qui a trait au comportement de DSK avec les femmes, intéresse les avocats new-yorkais, et notamment si des témoignages de harcèlement ou de violences sexuelles apparaissent.
Car il faut savoir qu’aux Etats Unis, dans 90% des procédures civiles, les conflits se résolvent par des négociations avant le procès. Donc, pour négocier aux mieux les intérêts de Nafissatou Diallo, les avocats américains engrangent tous les éléments extérieurs à charge pouvant servir leur cause.

 

rfi.fr_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires