PARTAGER

A chaque jour suffit sa peine pourrait se dire le juge d’instruction en charge de l’affaire du député Merdas qui réserve des surprises à chaque audition des principaux accusés dans cette affaire sordide motivée par l’argent, le sexe, la jalousie et bien d’autres ressorts encore. Alors que le principal accusé, un conseiller communal qui entretenait des relations hors mariage avec la femme du député, est revenu sur ses premiers aveux pour se murer ensuite dans un silence dont il a décidé de ne plus sortir, sa complice et épouse du défunt a fait une surprenante volte-face pour déclarer que la responsabilité du meurtre incombait entièrement à son amant qui aurait tout préparé dans les moindres détails sans qu’elle puisse émettre le moindre avis contraire à son projet. Un quatrième suspect arrêté récemment en Turquie après avoir fui le Maroc a choisi une autre version pour sa défense en accusant la femme du député d’avoir ensorcelé les trois hommes accusés du meurtre dans le cadre d’un projet diabolique pour les envoyer en prison et se sortir indemne de l’affaire pour permettre la main sur la fortune laissée par son mari évaluée à plusieurs milliards.

Alors que l’instruction poursuit son cours, le juge est convaincu que la bande des quatre accusés n’a pas tout dit et il n’est pas exclu que des éléments à charge très importants, autre que ceux en sa possession, viennent éclairer d’un nouveau jour, les tenants et aboutissants réels de cette affaire.

Commentaires