PARTAGER
Le discours prononcé par le roi Mohammed Vi à l’occasion de la célébration de la fête nationale de la « Révolution du Roi et du Peuple  » a pris de court tous les observateurs et les politologues qui attendaient l’intervention du souverain sur d’autres point comme la contestation sociale dans le Rif. Le discours sera finalement et exclusivement axée sur le retour du Maroc sur la scène africaine et la volonté du Maroc d’asseoir une vraie politique de développement en Afrique et d’en être la locomotive. Il était important, donc, que le roi mette les points sur les i et précise sa pensée.
Il se félicitera des résultats notables enregistrés par la diplomatie marocaine pour accompagner et consolider la percée du royaume et de faire bénéficier le dossier du Sahara marocain de nouveaux appuis et de changer la donne, ce qui s’est traduit par la dislocation du bloc pro-séparatiste.
Ceux qui voient d’un mauvais œil et avec appréhension ce retour gagnant du Maroc sur la scène africaine en ont eu pour leur frais et qui avaient accusé le Maroc de donner d’une main au continent ce qu’il retirait de l’autre à ses citoyens, car le royaume, dira-t-il, n’a jamais d’argent sur la table pour conclure des partenariats, mais plutôt un savoir-faire et un partage des richesses dans le cadre d’un développement mutuellement avantageux.
Pour ne pas insulter l’avenir sur le plan politique, le roi a estimé que le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine n’aura que des avantages pour cette instance qui l’a compris très tôt et qui met tout en oeuvre pour que le royaume assume et joue pleinement son rôle de dynamo pour l’Afrique.
Par Jalil Nouri

Commentaires