L’Algérie a fait monter la tension au lieu de contribuer à l’aboutissement...

L’Algérie a fait monter la tension au lieu de contribuer à l’aboutissement de la proposition d’autonomie

273
0
PARTAGER

Dans un appel adressé aux syndicalistes dans le monde arabe à l’occasion de la commémoration de la disparition du leader syndical tunisien Ferhat Hachad, M. Salim a souligné qu’au lieu de contribuer à favoriser les conditions de la réussite de la proposition d’autonomie présentée par le Maroc en tant que règlement politique au conflit artificiel autour du Sahara, l’Algérie s’est activée à instaurer un climat d’extrême tension dans la région.

L’Algérie ne se contente pas d’exprimer une position théorique ou de réitérer un principe politique, mais fournit les moyens matériels, militaires et diplomatiques afin de soutenir la création d’une entité factice au Sahara marocain, a-t-il affirmé, relevant que cette attitude est en contradiction avec l’histoire militante des peuples marocain et algérien.

Tout comportement visant à séparer le Sahara du Maroc est systématiquement condamnable par les peuples marocain et algérien, a-t-il insisté.

La région du Maghreb ne fait pas seulement face à une situation dangereuse, mais l’idée même du Maghreb est menacée d’extinction, a-t-il estimé, précisant que les syndicalistes, qui ont consenti de grands sacrifices pour défendre ce projet unioniste, sont appelés à condamner les plans et les comportements contraires aux aspirations des travailleurs et des peuples à l’édification du Maghreb social et démocratique.

Le mouvement syndicaliste au Maghreb, fidèle à son histoire militante glorieuse, ne peut demeurer neutre et passif face à des opportunités perdues, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, M. Salim a rappelé les liens de solidarité entre les travailleurs maghrébins qui ont engagé une lutte héroïque pour la liberté et l’indépendance de leur patrie et qui considèrent l’unité du mouvement syndicaliste maghrébin comme un prélude indispensable.

Dans ce cadre, il a indiqué que la rencontre de Tanger du 20 octobre 1957, qui a regroupé l’Union marocaine du travail, l’union générale tunisienne du travail, l’union générale des travailleurs algériens et l’union générale des travailleurs libyens, était l’occasion d’exprimer le ferme engagement d’unifier le mouvement syndicaliste en Afrique du Nord.

Cette rencontre a traduit également la contribution des travailleurs à libérer le Maghreb du joug colonial.

Le communiqué publié à l’issue de cette rencontre, a-t-il ajouté, souligne le ferme attachement des peuples du Maghreb à l’indépendance et à l’unification, et considère la libération de l’Algérie comme leur première mission.

 

Commentaires