L’Algérie adopte une position figée au sujet de la question du Sahara...

L’Algérie adopte une position figée au sujet de la question du Sahara marocain

212
0
PARTAGER

« La classe dirigeante algérienne continue à reproduire de façon mécanique les mêmes visions idéologiques et géostratégiques de la guerre froide au sujet du Sahara », a observé le diplomate dans une interview au « Quotidiano Di Sicilia » (quotidien de Sicile), publiée dans son édition du week-end.

Le Maroc a, pour sa part, « proposé en 2007 une initiative de large autonomie qui a été accueillie favorablement par la communauté internationale », a indiqué M. Balla.

Depuis le lancement de cette initiative, le Conseil de sécurité des Nations Unies l’a toujours qualifiée dans ses résolutions de sérieuse et de crédible, en appelant à une solution politique négociée et réaliste face à l’obstination de l’Algérie et du « polisario » à s’agripper à des options dépassées et à l’inapplicabilité établie, a-t-il tenu à rappeler.

Evoquant la dimension humaine de ce conflit, le Consul a souligné la nécessité de ne pas occulter le drame vécu par les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, en Algérie, dont, a-t-il dit, la situation d’otages interpelle les consciences et exige une intervention rapide de la part de la communauté internationale.

Cette dernière, a-t-il insisté, doit intervenir pour « obliger l’Algérie qui abrite ces camps sur son territoire à respecter et faire respecter le droit international humanitaire, à permettre au Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés de mener un recensement des populations et à garantir à ceux-ci la liberté de mouvement ».

Le diplomate a souligné, dans ce même cadre, le coût élevé de l’absence d’un Maghreb en tant qu’entité régionale intégrée pour le développement des populations des pays de la région méditerranéenne, citant des estimations économiques faisant état d’une perte annuelle de 2 points au niveau du taux de croissance.

Sur le plan de la sécurité régionale, le Consul a mis en relief la vocation du Maghreb d' »être une entité régionale solidaire et un acteur indispensable pour l’instauration d’une zone stable, de paix et de progrès, capable de garantir la sécurité dans cette région fondamentale pour l’Europe pour laquelle les rapports d’intelligence rapportent un rapprochement entre le front polisario et les terroristes d’Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique (AQMI) ».

Le diplomate a évoqué, d’un autre côté, les relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE), rappelant que le Royaume est « un partenaire stratégique de l’UE » avec laquelle il entretient des rapports de qualité en développement constant.

« L’adoption du statut avancé, en 2008, et le dernier sommet qui s’est tenu à Grenade en sont l’illustration », a affirmé M. Balla.

« Le statut avancé, cadre de relation exceptionnel réservé au Maroc, cristallise l’engagement des deux parties à approfondir cette relation », a ajouté le diplomate, rappelant la 9ème réunion du Conseil d’association Maroc-UE qui s’est tenue, la semaine dernière, à Bruxelles et qui « a marqué l’enrichissement du cadre légal de coopération à travers la signature de trois accords portant sur la libéralisation des produits agricoles, sur la participation du Maroc aux programmes communautaires et sur l’institution d’un mécanisme pour régler les contentieux ».

« Le partage avec l’UE des valeurs communes de la démocratie et des droits de l’Homme, permet à notre partenariat, de s’étendre pareillement au dialogue politique et à la coopération juridique et judiciaire », a affirmé M. Balla, rappelant que le Maroc siège dans deux organes du Conseil de l’Europe et qu’il est le premier partenaire de l’UE à instituer un sous-comité des droits de l’homme et de la bonne gouvernance.

Le Consul général du Royaume du Maroc a, par ailleurs, passé en revue les relations établies avec la Sicile au niveau diplomatique et commercial.

Il a évoqué à ce propos les rapports noués avec les institutions et les acteurs politiques et économiques locaux, expliquant que les actions mises en Âœuvre dans le domaine économique et culturel, mais aussi politique sont favorisées par le statut d’autonomie dont bénéficie la Région de Sicile et qui permet d’excellents rapports d’amitié et de collaboration avec les autorités locales.

M. Balla s’est félicité, à cet égard, de l’excellence des relations politiques bilatérales et des perspectives ouvertes par les échanges de visites institutionnelles entre responsables de la Région, représentants des pouvoirs locaux et responsables ministériels marocains sur la voie du renforcement des liens d’amitié et de coopération.

« Dans le même esprit, une coopération bilatérale entre les pouvoirs législatifs a démarré et a abouti à la signature d’un accord de coopération entre l’Assemblée régionale de Sicile et la Chambre des représentants », a encore précisé M. Balla.

Au niveau économique, le Consulat du Maroc en Sicile est souvent sollicité par les institutions et organismes locaux -Mairies, Fédération des entrepreneurs, banques- pour présenter le Maroc et les opportunités d’investissement offertes par notre pays, a indiqué M. Balla.

De même, a-t-il ajouté, des missions économiques ont été organisées en collaboration avec les Fédérations des entrepreneurs à l’échelon local et les départements économiques des ministères régionaux ou provinciaux.

Commentaires