L’Algérie développe une réelle phobie à l’égard des mécanismes des droits de...

L’Algérie développe une réelle phobie à l’égard des mécanismes des droits de l’Homme

356
0
PARTAGER

Le diplomate s’exprimait lors d’un débat sur les situations qui retiennent l’attention du conseil, dans le cadre de son droit de réponse suite à une intervention de l’ambassadeur algérien qui a évoqué le Sahara marocain dans des termes politiques tendancieux.

« La fixation sur le cas spécifique du Sahara marocain est une vaine fuite en avant de l’Algérie qui vise à détourner l’attention de ce conseil sur sa fermeture aux mécanismes onusiens des droits de l’homme et ses déficits internes en matière de respect des droits de l’Homme », a indiqué M. Boukili.

Relevant que l’Algérie est le dernier pays à pouvoir donner des leçons à ses voisins en la matière, il a souligné que « la communauté internationale est parfaitement consciente de ses motivations politiques réelles et extra-droits-de-l’hommiste dans cette affaire ».

Il a, à cet égard, attiré l’attention du CDH sur les violations massives et systématiques des droits de l’Homme en Kabylie, à Ghardaya et dans les camps de Tindouf, une situation qui, a-t-il dit, « suscite notre profonde préoccupation en tant que membre de ce conseil ».

Dans ce contexte, le diplomate marocain a lancé un appel au conseil et ses procédures, ses Etats membres et les ONG internationales pour accorder une attention particulière aux violations des droits de l’Homme dans ces trois situations, tout en les maintenant comme point permanent dans leurs rapports sur l’Algérie, au sein et en dehors du conseil.

L’Algérie, a-t-il dit, défie la communauté internationale en imposant un embargo total aux ONG internationales et aux mécanismes onusiens et en leur refusant un accès libre et sans entrave à son territoire afin d’enquêter sur les violations des droits de l’homme des minorités kabyles et mozabites et des populations des camps de Tindouf.

Depuis les années 90, ce pays continue de refuser l’accès à dix procédures spéciales dont le rapporteur spécial sur la détention arbitraire, l’experte sur les droits culturels et le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI). « Seules cinq procédures spéciales ont pu avoir accès à l’Algérie, sur un total de 15 demandes de visites », a précisé M. Boukili.

S’agissant des violations des droits de l’Homme en Algérie, Amnesty International vient d’appeler les autorités d’Alger, à l’instar de plusieurs autres ONG, à cesser de se dérober à l’examen de la situation des droits de l’homme sur son territoire.

Il a aussi rappelé que l’Algérie a été condamnée en début de semaine par le Comité des droits de l’Homme de l’ONU dans le dossier des disparitions forcées. Ce comité a constaté que l’Etat algérien « a violé pour les 25 et 26e fois le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, particulièrement le droit à ne pas être torturé, le droit à ne pas être détenu arbitrairement, le droit à la personnalité juridique et le droit à ne pas subir d’immixtion illégale ou arbitraire du domicile ».

Pour sa part, l’ONG internationale Track Impunity Always (TRIAL) a déploré que l’Algérie, bien qu’elle ait été condamnée à plusieurs reprises par l’organe compétent de l’ONU, n’ait à ce jour entrepris aucune démarche pour mettre en œuvre ses obligations ». L’Algérie compte une dizaine de milliers de disparus dont le sort n’a jamais été élucidé.

S’agissant du Sahara marocain, a-t-il fait observer, les trois dimensions politique, humanitaire et des droits de l’Homme de ce différend régional confirment une seule vérité, à savoir l’implication directe d’Alger en tant que partie prenante dans le conflit.

« L’Algérie qui a engagé ses troupes militaires au Sahara marocain ne peut pas être observateur. L’Algérie qui abrite sur son sol un groupe séparatiste armé dirigé contre le Maroc ne peut pas être observateur », a-t-il souligné.

Le diplomate marocain a affirmé que ce pays n’est guère observateur dans le conflit du Sahara puisqu’il finance à longueur d’années des campagnes politiques et médiatiques hostiles au Maroc et se permet de rejeter la proposition d’autonomie pour cette région du Royaume.

« Le seul statut qui pourrait traduire l’attitude de l’Algérie est celui de pays spectateur voire de protecteur des violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf où elle a démissionné de ses responsabilités internationales et laissé les populations de ces camps à la merci de leurs tortionnaires », a-t-il expliqué.

Il a dans ce contexte indiqué que ce pays qui sort de 20 ans d’état d’urgence et de 12 ans de guerre civile dévastatrice sur le plan des droits de l’Homme, devrait s’abstenir de critiquer ses voisins et commencer par se réconcilier avec lui-même, puis avec son passé.

Actu-maroc.com ________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

Presse Actualité Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière faits divers politique économie Bande de Gaza Belgique blocus Des Femmes Contre le Blocus de Gaza Egypte Etats-Unis France Gaza Printemps Agérie

 

Commentaires