PARTAGER
La réaction d’Alger au lendemain de la démarche du Maroc pour retourner au sein de l’Union Africaine, continue d’intriguer bon nombre d’observateurs qui la jugent énigmatique et s’attendent plutôt à une offensive diplomatique très agressive.
Trois jours après la signature d’une motion par 28 pays membres de cette organisation dans laquelle ils se félicitent du retour du royaume parmi eux et s’engagent à la faciliter en demandant l’exclusion de la pseudo Rasd, le ministre algérien de l’Union africaine, Abdelkader Messahel, avait déclaré pour rappel, qu’il ne s’agissait pas , concernant le Maroc, d’un retour mais d’une nouvelle adhésion du fait qu’il avait quitté l’organisation depuis trente deux ans et qu’elle s’appelait autrement, l’OUA.
De plus avait-il précisé dans sa déclaration qui tient lieu de réaction officielle de l’Algérie, que si retour du Maroc devait avoir lieu, ce serait en tout cas sans conditions. Depuis cette sortie et alors que certains pays africains proches de Rabat font le pressing en coulisses pour accélérer le processus du retour du royaume, c’est le silence radio à Alger. Rien de tout cela avancent les mêmes observateurs qui parient fort sur une montée en puissance sur la scène diplomatique africaine et un changement de ton, côté algérien, et l’adoption d’un plan stratégique élaboré, pour faire échouer l’initiative du Maroc.
Par Jalil Nouri

Commentaires