PARTAGER

A en croire les dernières déclarations de dirigeants politiques, et pas des moindres, le soutien des responsables algériens au pouvoir en Algérie au polisario est une grave erreur qui a nuit au développement économique et social et met en péril la sécurité de leur pays.

Une nouvelle donne, qu’il convient de souligner, car un tabou sur cette question de l’intégrité territoriale marocaine est, peut être en train de voler en éclat.

En effet, l’icône du Parti des Travailleurs Algériens, Louiza Hanoune, vient d’affirmer, sans détour et complaisance, que l’heure est venue pour normaliser les relations algéro-marocaines et que le dossier du soutien au polisario ne doit plus constituer la priorité de son pays, désapprouvant même la position des responsables algériens sur ce dossier ; une position, qui, selon ses dires, est partagée par la grande majorité du peuple algérien.

Une déclaration de Madame Louiza Hanoune qui intervient juste après celle du patron du Front de Libération Nationale (FLN) , Monsieur Amar Saïdani, qui a appelé les responsables algériens à lever la main sur ce dossier qui envenime les relation avec le Maroc et de stopper tout soutien au polisario.

Un autre responsable algérien, ex-Ministre du Commerce et Fondateur du Parti du Renouveau Algérien, a enfoncé le clou en déclarant, et je le cite :  » le contribuable algérien a payé le prix de l’obstination de son pays à continuer de soutenir les séparatistes. Combien nous coûte cette cause et ce problème qui dure ?A t-on les moyens de continuer à prendre en charge ce dossier ? Ce n’est pas normal. Ce qui se passe dans ce pays, c’est de la folie tout simplement » . Une déclaration faite en juin 2015 lors d’un forum organisé par le quotidien algérien « Liberté ».

Des déclarations de leaders politiques algériens qui confirment le ras le bol des algériens qui constatent la dilapidation de leurs richesses pour une cause factice. Il serait donc permis de supposer qu’un vent nouveau souffle en Algérie ; un vent annonciateur d’une réconciliation algéro-marocaine ou d’une manœuvre politicienne dictée par les circonstances actuelles ? L’avenir nous le dira !

A noter que d’autres personnalités algériennes ont eu cette même position, je citerai entre autres Ahmed Ben Bella, Mohamed Boudiaf, Abbassi Madani, Anouar Haddam, Khalid Nezar, Saïd Saâdi, Akram Ou Ali et Sami Naïr.

Quoiqu’il en soit, un tabou semble s’être brisé en Algérie avec ces récentes déclarations de personnalités algériennes sur la question du Sahara Marocain.

Source : lareleve.ma

Commentaires