L’appel d’Alassane Ouattara aux entrepreneurs français

L’appel d’Alassane Ouattara aux entrepreneurs français

106
0
PARTAGER

Le président ivoirien Alassane Ouattara abordait, ce vendredi 27 janvier dans la matinée, la partie la plus économique de sa visite officielle à Paris. Le chef de l’Etat ivoirien était en effet l’hôte du Medef International, la branche internationale du patronat français.

Entouré de l’ancien ministre de la Coopération Michel Roussin et de l’actuel ministre du Commerce extérieur Pierre Lellouche, devant une salle où plusieurs centaines de chefs d’entreprises français avaient pris place, le président ivoirien s’est livré à un long descriptif des investissements dont avait besoin son pays.

Le renouveau ivoirien

« La Côte d’Ivoire est en marche », s’est exclamé Alassane Ouattara évoquant « la renaissance ivoirienne ». Bien qu’il se félicite des 8% à 9% de croissance promis par les institutions financières internationales à la Côte d’Ivoire et se laisse aller à comparer ce rythme de croissance à celui de la Chine, le président ivoirien ne peut masquer l’importance du travail à accomplir. Si des investissements sont nécessaires pour agrandir le port d’Abidjan et en faire un des plus importants d’Afrique, s’il faut moderniser le système de santé, rénover cliniques et hôpitaux, construire des ponts, des routes, des voies ferrées, s’il faut soutenir les petites et moyennes entreprises, c’est que rien de tout cela n’a été fait depuis dix ans. La Côte d’Ivoire est donc un immense chantier. Et le gouvernement ivoirien cherche des entrepreneurs. Or les entrepreneurs français semblent hésiter. « Accélérez votre retour, leur a lancé Alassane Ouattara. La Côte d’Ivoire a besoin de votre talent. »

Des garanties politiques

Pour convaincre ces entrepreneurs français trop timorés à son goût de revenir en Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat ivoirien multiplie les garanties. D’abord sur la stabilité politique. « Le processus démocratique est irréversible », assure-t-il. Manière de dire que les expatriés n’auront plus à l’avenir à quitter précipitamment le pays en raison des menaces sur leur sécurité. Ensuite sur le système économique qui est mis en place « Je suis vice-président de l’internationale libérale », rappelle-t-il à plusieurs reprises. Et comme si cela n’était pas suffisant, il souligne à gros traits que la propriété privée est la base du système économique qu’il entend mettre en place, que l’Etat ivoirien va se replier sur ses seuls domaines régaliens, laissant au secteur privé le soin de faire fonctionner l’économie nationale.

Se laissant aller à quelques souvenirs, pour mieux insister sur ses convictions politiques, le président ivoirien rappelle que, nommé Premier ministre en 1990 par Félix Houphouët-Boigny, il avait trouvé un système bancaire public gangrené par la corruption, les détournements et la mal gouvernance. Force lui avait été de privatiser ces institutions. « Vingt ans plus tard, je reviens, dit-il dans un sourire, et je retrouve la même situation ». Comme il y a vingt ans, le gouvernement ivoirien va donc fermer ou privatiser les institutions bancaires publiques.

L’allègement de la dette extérieure

« La Cote d’Ivoire est au travail », a martelé le chef de l’Etat ivoirien, soulignant que les réformes nécessaires pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PTTE) avaient été lancées, en particulier la réforme de la filière cacao. Une fois cette étape franchie, vers la mi-2012, le service de la dette extérieure pèsera beaucoup moins sur les comptes publics ivoiriens, permettant à l’Etat d’assumer ses responsabilités vis-à-vis des citoyens ivoiriens.

C’est donc un chemin clair et dégagé des impondérables politiques qu’Alassane Ouattara s’est plu à décrire à son auditoire, dans l’espoir que petites et grandes entreprises françaises ne tarderont pas à se bousculer à Abidjan, pour celles qui n’y sont pas encore.

rfi.fr__________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires