L’Arabie saoudite dénonce les ingérences de « certains pays » en Egypte

L’Arabie saoudite dénonce les ingérences de « certains pays » en Egypte

200
0
PARTAGER

« Nous sommes étonnés de voir ce que nous considérons comme des ingérences par certains pays dans les affaires intérieures de l’Egypte », a déclaré le ministre lors d’un point de presse commun avec son homologue marocain Taieb Fassi Firhi.
« Nous pensons que (les Egyptiens) peuvent résoudre leurs problèmes par eux-mêmes et nous sommes choqués de voir que certains pays devancent même les souhaits du peuple égyptien », a-t-il ajouté.

 

Le Prince Fayçal n’a pas précisé de quels pays il s’agissait. Mais ses propos ont paru viser les Etats-Unis, au lendemain d’un entretien téléphonique du roi Abdallah, actuellement en convalescence au Maroc, avec le président américain Barack Obama.

Interrogé sur la santé du roi, le ministre saoudien a également déclaré qu’elle était « excellente, et que le souverain était impatient de rentrer dans son pays.

Le site www.islamtimes.org avait affirmé jeudi que le roi Abdallah était décédé d’une crise cardiaque après sa conversation téléphonique animée avec le président Obama au sujet de l’Egypte.

Le ministre marocain, avec qui le Prince al-Fayçal venait de signer des accords de coopération, est intervenu pour souligner que le Maroc partageait le point de vue de son homologue sur les ingérences en Egypte.
« Nous espérons que l’on laissera (les Egyptiens) résoudre leurs problèmes. Ils sont plus que capables de le faire », a poursuivi le prince al-Fayçal.

Il a également exprimé l’espoir que cela puisse se faire « pacifiquement afin que l’Egypte puisse retrouver son rôle très important, non seulement dans le monde arabe et islamique, mais aussi dans les affaires internationales car c’est un rôle qui ne peut être joué par aucun autre pays ».

Selon le Times de Londres le monarque saoudien aurait fait état de son « irritation » dans une précédente conversation téléphonique avec M. Obama le 29 janvier menaçant de financer le régime égyptien si les Etats-Unis retiraient leur aide au pays.

Le roi a également averti Washington de ne pas humilier le président Moubarak, au pouvoir depuis près de 30 ans, estimant qu’il devrait être autorisé à superviser la transition dans le pays, a ajouté le Times citant une source haut placée à Ryad confirmée par deux autres sources.

Le roi Abdallah avait récemment manifesté sa solidarité avec le président égyptien Hosni Moubarak, dont le départ est réclamé par le mouvement de contestation en Egypte, entré dans sa 17e journée, alors que l’administration américaine exige une transition immédiate et ordonnée du pouvoir en Egypte.

AFP

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires