PARTAGER

Après la tenue de la réunion extraordinaire ce week-end des ministres des affaires étrangères des pays de la ligue arabe et le soutien sans faille apporté par ces derniers dans la partie de bras de fer engagé avec Téhéran, cette crise a pris un nouveau tournant dans le sens de l’escalade.

Ryad a non seulement obtenu ce soutien déterminant mais un feu vert pour aller plus loin dans la mobilisation de tous les pays arabes, y compris au niveau militaire. Si l’on y ajoute la tension grandissante au Liban avec l’emprise de plus en plus grande du parti du Hezbollah allié des iraniens sur le pouvoir à Beyrouth et si l’on y ajoute l’escalade avec les rebelles Houthis chiites armés par l’Iran, l’on peut comprendre que les saoudiens sont déterminés à bloquer la montée en puissance des iraniens dans la région, y compris par la voie militaire, avec une aide de poids d’un Donald Trump, lui aussi convaincu qu’un affrontement armée avec l’Iran, reste la seule option pour mettre fin à son hégémonisme dans cette région.

Ce diagnostic resterait incomplet si l’on ne revient pas sur l’aide apportée par une partie inattendue, Israel, qui s’est déclarée prête à se ranger du côté des saoudiens à travers l’échange de renseignements militaires dans un premier temps, une aide susceptible de se traduire également au niveau opérationnel. De quoi conclure et s’inquiéter de l’ouverture , de plus en plus probable, d’un front arabe uni et des États-Unis contre l’Iran

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires