L’artiste plasticien Abdel Aziz LOURHRAZ expose à la biennale d’art abstrait en...

L’artiste plasticien Abdel Aziz LOURHRAZ expose à la biennale d’art abstrait en Normandie

408
0
PARTAGER

L’artiste plasticien marocain Abdel Aziz LOURHRAZ exposera à la biennale à partir du 14 septembre. Son œuvre intitulée « Arabesque calligraphie » a été sélectionnée par le jury afin de participer au concours de la biennale.

L’artiste plasticien marocain a participé à plusieurs expositions au Maroc et à l’étranger. Il a eu le premier prix du concours art et abstraction organisé à Marseille, et le premier prix du concours artistique de la société noble traiteur en collaboration avec le Journal L’Opinion.

L’Art plastique auquel se livre le plasticien Abdelaziz LOURHRAZ  est caractérisé par un  sentiment de rejet de la systémique. Ce sentiment ne lui laisse pas le choix de se fixer dans une terre plastique unique. Il est, souvent, poussé par un désir proliféré, voulant mettre en évidence la relation dialectique du controversé et de la transfiguration qui imprime  » l’oubli »  dans notre patrimoine arabo-musulman, que le regard ethnographique occidental a inculqué à notre conscience collective.

Nous savons que l’Arabesque a des caractéristiques esthétiques innovées par nos ancêtres, dans ses dimensions spirituelles. Les peintures de Lourhraz sont l’ajout de cet héritage enrichi par notre culture. Il s’éloigne de toute tradition qui folklorise notre scène artistique  en le rendant universel.

L’espace pictural, selon le peintre marocain, est la sortie du sujet  vers l’Absolu. Il est, par conséquent, une union à triple face : L’Histoire, l’identité, et l’universel. Il est, en fin de compte , l’inversion de l’ équation de toute vision orientaliste ,  la fragilisation d’un  regard ethnographique , la digestion de la fusion existentielle entre l’ Orient et l’ Occident , et la duplication de la pratique artistique qui caractérise l’Art arabe contemporain .

Le plasticien Abdelaziz LOURHRAZ a appris, à travers » La blessure du non propre »  de l’écrivain A. Khatibi, comment  l’artiste doit  voir le corps dans d’autres dimensions. L’adoption d’une  telle vision, séparant entre le corps réel et le  soi-disant «le corps conceptuel», lui a  permis , dans certaines mesures , d’approfondir cette conception , et de chercher les moyens d’expression  les plus adéquats pour élargir d’autres horizons et ouvrir d’autres perspectives, afin de donner à l’espace pictural ses extensions possibles.

Said AL KAWTARI

Commentaires