PARTAGER
Il aura fallu bien du courage aux fondateurs de l’association « Sourire de Réda » pour organiser leurs activités dans un pays qui normalement interdit le suicide des enfants, un phénomène contre lequel elle se bat et pour lequel elle vole au secours des survivants pour un soutien psychologique destiné à leur éviter toute récidive.
Chaque année, cette association publie son rapport d’activités qui laisse songeur et se mobilise pour une campagne annuelle avec une journée dédiée en mémoire aux jeunes victimes de suicides. C’est l’un d’entre eux, qui n’en pouvant plus de subir des harcèlements de la part de son professeur dans son école a décidé de mettre fin à ses jours; a donné son prénom à cette association qui œuvre avec abnégation et efficacité pour évoquer ces drames au grand jour dans les médias dans une société qui se voile les yeux et se refuse à reconnaitre un phénomène; sauf quand les journaux s’emparent de drames insupportables comme lors du suicide de la jeune Amina, une adolescente qui avait mis fin à ses jours pour ne pas épouser son violeur.
Devant des autorités silencieuses, l’association « Sourire de Réda’ reste donc la seule force luttant contre cette forme de désespoir des enfants et nous encourage à en parler, ne serait-ce que lors de cette campagne, pour exorciser ce mal profond.

Commentaires