L’autoroute Fès-Oujda : un projet structurant à fort impact économique

L’autoroute Fès-Oujda : un projet structurant à fort impact économique

130
0
PARTAGER

Maillon important du réseau autoroutier national, la liaison Fès-Oujda prolonge l’autoroute Rabat-Meknès-Fès pour former, à terme, un grand axe structurant Est-Ouest qui s’intègre avec le réseau existant et les grands projets routiers (Taza-Al Hoceima et Oujda-Nador).

Elle constitue aussi un tronçon important de l’autoroute Maghrébine qui prend son origine à Nouakchott, capitale mauritanienne, et dessert les principales métropoles du Maghreb pour arriver à Toubrouk en Libye.

Sa construction a coûté 10,8 milliards de dirhams et a nécessité le développement d’un volume exceptionnel de terrassements qui se chiffre à 84 millions de m3 et la mise en oeuvre de 2,7 millions de tonnes d’enrobés bitumineux.

La nouvelle autoroute se subdivise en 13 sections correspondant à autant d’échangeurs et comprend 29 gares de péage, cinq couples d’aires de service, deux parkings sécurisés pour poids lourds, 29 viaducs d’un linéaire de près de 7 km, 85 ponts entre passages supérieurs et passages inférieurs, 69 passages véhicules, 12 passerelles et 26 passages piétons et 462ouvrages hydrauliques.

Le trajet Rabat-Oujda sera désormais parcouru en moins de quatre heures et demie (sept heures auparavant) dans un niveau de confort et de sécurité élevé.

Grâce à l’initiative royale pour le développement de l’Oriental, lancée par le Souverain en 2003, plusieurs programmes de développement ont pu voir le jour dans cette région et touchent les principaux secteurs d’activité socio-économique.

« Soucieux de manifester concrètement Notre haute sollicitude pour cette région qui recèle d’importantes potentialités et des ressources humaines industrieuses et fortement motivées, Nous avons décidé de lancer une Initiative Royale pour le Développement de la Région de l’Oriental », avait souligné le Souverain dans Son discours du 18 mars 2003 à Oujda.

Dans le domaine routier, plusieurs projets se structurent autour de l’autoroute dont la réalisation permettra la mise en valeur des potentialités des régions traversées, en particulier dans les domaines touristique, industriel et minier.

Parmi ces projets, il convient de citer la rocade méditerranéenne qui va relier Tanger et Saidia, en cours d’achèvement, le dédoublement de la route Al Hoceima-Taza et la voie express Oujda-Nador, en plus de la voie ferrée Taourirt-Nador (117 km) qui relie Nador à l’ensemble du réseau ferroviaire.

Par ailleurs, un véritable pôle de développement industriel pour la région de l’Oriental est en cours d’édification et sera directement impacté par l’autoroute.

En outre, 32 sites sont identifiés à fort potentiel touristique (tourisme de montagne, tourisme archéologique, rural). En complément de ces projets, le programme solaire de Ain Beni Mathar (400 MW) dans la région de l’Oriental abrite déjà une centrale thermo-solaire de grande envergure.

En plus des gains macro-économiques exposés ci-dessus, relatifs à la stimulation des investissements générés par l’autoroute, aussi bien pendant les travaux qu’après la mise en service, le projet générera un certain nombre d’avantages aux usages de la route et à la collectivité.

En jour annuel moyen, le trafic total de l’autoroute est estimé, toutes sections confondues, à près de 9.700 véhicules, dont 7.800 véhicules légers (VL) et les gains, en termes de temps, carburant, exploitation, entretien, pollution, effets de serre, confort et sécurité, permis par l’autoroute représentent à sa mise en service près de 875 MDH annuels, alors que la part captés par la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) ne représente que 121 MDH par an, soit environ 14 pc des gains totaux.

Les surplus des usagers de l’autoroute correspondent, après acquittement du péage, à 84 pc des gains totaux pour les véhicules légers, 68 pc pour les poids lourds « classe 1″ et 75 pc pour les poids lourds « classe 2″.

Pour son exploitation, l’autoroute Fès-Oujda a bénéficié des équipements les modernes : réseau de télécommunication en fibre optique, système d’aide à l’exploitation, radio numérique Tetra et système de reconnaissance des plaques minéralogiques.

La mise en service de l’autoroute Fès-Oujda va certainement conforter la dynamique de développement que connaît la région de l’Oriental qui est en phase de devenir l’un des pôles économiques du pays.

Le désenclavement de cette région qui résultera de la mise en service de l’autoroute et des synergies de transport qui pourront s’opérer (liaison avec les aéroports de Fès, Oujda, et Taza après remise en service, etc) aura des impacts très significatifs sur l’économie et renforcera l’attractivité de la région.

map._________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires