PARTAGER

Le leader de l’Istiqlal , Hamid Chabat qui se débat dans des problèmes internes au sein de son parti n’a plus qu’à compter ses jours comme patron après la pluie d’accusations en tous genres qui le mettent sur la défensive depuis la décision du chef du gouvernement , Abdelilah Benkirane de l’exclure des concertations en vue de sa participation dans le futur exécutif.
Une dernière salve est venue le mettre à terre par la voix de l’ancienne ministre Yasmina Baddou, autrefois proche de lui, qui lui reproche d’avoir participé à ces tractations dans l’opacité et sans concertation avec la direction du parti en insinuant qu’il aurait privilégié ses propres intérêts et ses proches au sein de la formation. Des accusations qui viennent s’ajouter aux reproches émis par le président du parlement de l’Istiqlal, Taoufik Hjira, qui cherche également à évincer Chabat lors du prochain congrès prévu pour mars prochain et se poser en éventuel successeur potentiel alors que les chefs historiques de la formation ont appelé à leur tour au départ de l’ancien syndicaliste qui a mal opéré sa transformation en chef de parti.
Sur le plan familial, ce dernier voit deux de ses fils poursuivis en justice pour des achats de voix lors des élections communales etr restent passibles de peines de prison, l’un d’entre eux en fuite ayant déjà été condamné par contumace.

Commentaires