PARTAGER

L’avocat controversé, Mohammed Ziane, fondateur du Parti Marocain Libéral, en restera le chef pour un nouveau mandat comme l’a décidé le quatrième congrès de cette formation qui constitue une exception dans le paysage politique, et à plusieurs titres. Ainsi, le patron n’est ni président du parti ni son secrétaire général , mais plutôt coordinateur général. La différence réside au niveau de la forme mais pas au niveau du fond, car c’est comme bonnet blanc et blanc bonnet. Ensuite, cette formation tient à une autre particularité, celle de boycotter systématiquement les élections, arguant que les conditions démocratiques ne son pas réunies.

Enfin, il s’agit d’un parti dont les caisses sont désespérément vides comme vient de le montrer la tenue ce week-end du quatrième congrès et pour lequel les participants sont venus à leurs propres frais et ont pris en charge leur hébergement et leurs repas, le ministère de l’intérieur ayant décidé de n’octroyer aucune subvention, le parti n’ayant pas de représentant au parlement, car le PML n’a effectivement aucun député à la première chambre, normal puisqu’il n’a présenté aucun candidat conformément à la volonté et à la stratégie de son fondateur et coordinateur général, Maître Mohammed Ziane, l’homme qui, décidément ne fait jamais rien comme les autres, y compris quand il est à la barre d’un tribunal, et même quand il a été , pour une courte période, ministre des droits de l’homme, un poste dont il a démissionné peu de temps après sa nomination.

Par Jalil Nouri

actu-maroc.com

Commentaires