PARTAGER
Connu pour sa franchise légendaire et pour ses plaidoiries retentissantes, l’avocat et président fondateur du Parti Libéral Marocain, est le protagoniste d’un bras de fer avec l’administration pénitentiaire et le ministère de la justice qui pourrait compromettre ses dernières années d’avocat.
Ancien ministre des droits de l’homme et bâtonnier intransigeant avec la loi, l’avocat rifain se trouve mêlé ces jours-ci, en sa qualité de défenseur du leader de la contestation du Rif, le Hirak, Nacer Zefzafi, à une guerre ouverte avec la direction des prisons, après avoir prétendu avoir reçu une lettre de ce dernier dans laquelle il tient des propos accusateurs contre l’état, sur un ton violent,et que l’avocat est accusé d’avoir transmis à la presse.
Citée dans la lettre, la direction des prisons a aussitôt démenti l’existence de cette lettre et pris la décision d’interdire à Maître Ziane de voir son client en prison dont l’accès, suite à cette affaire, lui est désormais interdit dans tous les centres pénitentiaires à travers le pays, jusqu’à nouvel ordre. Le ministère de la justice et des libertés étudie également l’éventualité de sanctions contre l’avocat qui peuvent aller jusqu’à sa suspension du barreau de rabat pour une longue période. Le bras de fer ne fait que commencer et ses conséquences peuvent aller très loin, Ziane n’étant pas un homme habitué à se taire, surtout que l’affaire se produit sur fond de situation critique dans la région qui a fait de son client, un héros.

Commentaires