L’AVORTEMENT NE SERA PAS DÉPÉNALISE SAUF DANS TROIS CAS

L’AVORTEMENT NE SERA PAS DÉPÉNALISE SAUF DANS TROIS CAS

641
0
PARTAGER

Ceux et ils sont très nombreux à y avoir cru, que l’avortement
continuera à être puni par la loi, après un court débat.

Rappel des faits: alors que la société civile avait commencé à se
mobiliser pour demander que les pouvoirs publics décriminalisent
l’avortement dans le nouveau code pénal, le roi avait donné ses
instructions à un comité composé des ministres de la justice et des
affaires islamiques ainsi que du président du conseil des Droits de
l’Homme pour donner ses recommandations sur le sujet au bout d’un
mois. leur copie n’a pas tardé et le résultat est sans appel: la
société reste hostile à tout changement de la loi en la matière, sauf
pour trois cas précis: en cas de viol et d’inceste, en cas de mal
formation génétique du fœtus et en cas de risque de maladie grave pour
une femme enceinte. Le seul cas reconnu au paravent était celui de
complication au moment de la grossesse. Les composantes les plus
libérales de la société civile avaient misé, l’esprit de la nouvelle
constitution aidant,.sur un assouplissement de la loi allant dans le
sens de l’autorisation de l’avortement dans le cas des grossesses non
désirées dans le cadre de relations sexuelles libres,hors mariage. Ils
devront déchanter puisque le souverain a suivi l’avis du comité après
avoir pris en compte ses recommandations. Le débat n’est pas clos pour
autant et les libéraux pourraient bien revenir à la charge dans le
cadre du débat agité qui divise la société sur le nouveau code pénal.

Commentaires